Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 00:22
Les pays nordiques sont irrépressiblement attachés à la mondialisation et au libre-échange. C'est le credo d'une étude citée par Johan Norberg.
"The Nordic countries are wedded to free trade and have, with some sectoral exceptions, been in favour of free trade already for a very long time."
Ainsi faisant, ils participent à plein régime au jeu du commerce mondial. La manne qu'ils dégagent de leur économie leur permet le luxe d'un État-providence. L'axe vertical montre le taux de régulation du travail par rapport à celui des marchés. Les pays nordiques sont dans le coin gauche en bas pendant que la France et l'Italie sont en haut à droite.
Il faut reconnaître également que la gestion budgétaire de leur État-providence est ciblée. D'après Esping-Andersen, (c'est Gauche Totalitaire qui l'ajoute)  en mettant l'accent sur les créches de la petite enfance, en aidant les femmes au travail, ils réussissent à maintenir un taux de fécondité au-dessus des autres pays européens et offrent aux plus pauvres des possibilités inédites de briser le mur des inégalités par rapport à d'autres pays. Voir ici aussi.
Partager cet article
Repost0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 00:23
Entendu, il y a deux mois cette petite conversation dans une petite poste de village en Suisse entre le guichetier et un Vénézuelien d'une soixantaine d'années. "De toute façon, tout le monde sait que les enfants des FARC font leurs études à Caracas." Aujourd'hui, la collusion entre les FARC et Chavez semble une évidence, d'autant plus que le PC de Reyes n'a pas été trafiqué par les services colombiens. Pour notre ami Daniel au Venezuela, cela fait longtemps que ces accointances ne font pas de doute.
"We already knew that. The difference now is that there will be real documents that could not be excused away by Chavez (and Ecuador's Correa who had no business at all in cavorting with the FARC this early in his term)."

Voir ici.
et
: ("Evidence of Venezuela's support for terrorism could carry Hugo Chávez to the pariah status he deserves")
Partager cet article
Repost0
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 00:08
"Society is for the left what God is for Christians". Tel un sujet de philo au bac, c'est la citation qu'on peut extraire de l'article ci-dessous de Jamie Whyte. La notion de société serait une pure abstraction de politiciens. Reprenant les mots de Thatcher "They're casting their problem on society. And, you know, there is no such thing as society. There are individual men and women, and there are families. And no government can do anything except through people..."
Partager cet article
Repost0
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 00:56
L'inflation, c'est la solution préférée de Bernard Maris pour annihiler la dette française. Voici ce qu'en pensait l'économiste politique Henry Hazlitt dans les années soixante. Voilà peut-être ce que les États nous réservent. On pourra toujours dire que c'est la faute du capitalisme prédateur et du libre-échange...
L'inflation, pour résumer, est l'augmentation du volume d'argent et de crédit bancaire par rapport au volume de marchandises. Elle est nocive parce qu'elle déprécie la valeur de l'unité monétaire, élève tout le monde du coût de la vie, impose ce qui est en vigueur un impôt sur les plus pauvres (sans exception) aussi haut que le taux de l'impôt sur les plus riches, elle élimine la valeur de l'épargne passée, décourage l'épargne future, redistribue la richesse et le revenu étourdiment, encourage et récompense la spéculation aux dépens de l'épargne et du travail, mine la confiance en la justice d'un système de libre entreprise, et corrompt la morale publique et privée.
Partager cet article
Repost0
8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 00:46
Guy Sorman donne son avis sur Sarkozy. Finalement, il n'y pas grand chose de nouveau avec ce dernier. Juste une pointe d'atlantisme...
"Chirac, au fond, était plus prévisible : il promit peu, nous ne fûmes pas déçus. Sarkozy a promis la lune , la lune n'est pas au rendez-vous."

TheEconomist ici et est à peine plus gentil avec lui "Success is not impossible. But another bad year and he risks being written off as little better than Mr Chirac." ou "People would laugh at him, saying Sarkozy is like Chirac with new batteries.”
L'immobilisme aurait pu être une manière de gouverner si les principaux verrous de la société française étaient débloqués. En ce sens Sarkozy, leurrant les journalistes avec son côté people aurait pu en profiter. Il reste en France nombreux avec notamment tout ce qui touche au travail et à l'accroissement de la dette.
L'immobilisme est ainsi une manière de libéralisme dans le sens où il n'aggrave pas la situation et renvoie une image de responsabilité aux administrés. L'immobilisme est une manière de faire confiance aux forces spontanées alors que les administrés avec la régularité de citoyens métronomes réclament du changement. Comme si celui-ci ne pouvait venir que de l'Etat. En son temps, Reagan avait réhabilité le président Coolidge,
humble conservateur, populaire en son temps. Celui-ci, en adepte du Laissez-faire était devenu la risée des historiens. Il avait accompagné, en père tranquille, sans emphase, pendant les années vingt, une des périodes les plus prospères de l'économie américaine.
Partager cet article
Repost0
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 00:53
S'il y a une région du monde où la politique de Bush n'a pas failli, c'est l'Afrique. Theeconomist analyse la situation...
"Benin, Ghana and Tanzania seem stable and are democratic. Liberia is at peace. Rwanda's government is autocratic but a lot better than the genocidal regime that preceded it, and has made progress in fighting AIDS."  Les lignes suivantes nous laissent penser que par rapport aux années de la guerre froide, l'Afrique progresse. Voilà de quoi nous donner du baume au coeur!
"Before the cold war ended, only three small African countries were proper democracies: Botswana, Mauritius and Senegal. Now a good score of them probably qualify. In the 1980s, most African countries had bad economic policies. Now inflation is low nearly everywhere bar Zimbabwe (where it is 150,000%) and nearly every African country not at war is growing quite fast. Over the past four years, sub-Saharan Africa's growth rate has been around 6% a year." Nulle part au monde, la réputation des USA n'est meilleure qu'en Afrique Sub-saharienne : la région la plus pauvre du monde! "America's reputation in sub-Saharan Africa has held up much better than elsewhere in the world."
Partager cet article
Repost0
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 00:11
La crise des matières  premières ne provient pas de mauvaises récoltes, elle est issue de trois raisons.
"The prices mainly reflect changes in demand—not problems of supply, such as harvest failure. The changes include the gentle upward pressure from people in China and India eating more grain and meat as they grow rich and the sudden, voracious appetites of western biofuels programmes, which convert cereals into fuel."
- Moins de pauvreté
Chinois et Indiens sont plus riches et à même de consommer plus de viandes. Plus de graines sont donc nécessaires (8kg par kg de viande)
- Les Biocarburants
Ceux-ci absorbent la plupart des ressources.
- Le contrôle des prix
Des pays comme la Russie, l'Inde et le Viet-Nam tentent de contrôler l'augmentaton des prix et de multiplier les barrières de protection.

Références : theEconomist, Johan Norberg
Partager cet article
Repost0
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 09:05
Ecouté dans les matins de France-Culture d'intéressants arguments de Pierre Cahuc à propos du SMIC en France. "En France, la situation est très particulière, le SMIC est élevé. Il est le même pour tout le monde. Il n'y a pas de mesure spécifique pour les jeunes qui ont une productivité plus faible. Avec la fiscalité, les mesures pourraient être plus ciblées. Nous avons beaucoup de retard en France dans notre manière de redistribuer."
Gauche Totalitaire a ferraillé en ses débuts sur ce problème et l'écart entre SMIC et salaire médian pour ne pas se réjouir d'entendre ce débat.
Ecouter à partir de 1h20 jusqu'à la fin. Quelques articles parus dans Gauche Totalitaire. ou ici et
Partager cet article
Repost0
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 00:10
La gauche a un lieu commun qui ressemble à un proverbe lancinant et résonne comme une évidence.  "Les riches deviennent plus riches et les pauvres toujours plus pauvres..."
"Neige en novembre, Noël en décembre".
" L'adage a traversé le temps, à la fin du XIXème, dans la "Tyrannie collectiviste", Yves Guyot ferraillait déjà contre celui-ci. Ben Laden l'a repris mot pour mot. Dans la machine infernale de la critique du capitalisme, je dénonçais dans cet argument : la machine critique perpétuelle. En fait, en examinant les faits depuis deux siècles. "Les riches deviennent plus riches et les pauvres plus riches!" L'adage, par abus de langage, veut peut-être laisser entendre que les pauvres s'enrichissent moins rapidement que les riches. Ce qui n'est pas tout à fait la même chose. Il est vrai que 1% d'augmentation sur une fortune est plus conséquente en valeur absolue que 1% sur le salaire minimum. Néanmoins, les régions pauvres, les pays émergents ont aujourd'hui un taux de croissance plus important que nombre de pays riches. Ainsi, suivant le point de vue, il se peut fort qu'en pourcentage de croissance c'est à dire en valeur relative: "Les riches deviennent plus riches et les pauvres plus riches, plus rapidement que les riches! " Soit l'exact contraire du plus vieux lieu commun proférée par la gauche totalitaire.
Partager cet article
Repost0
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 00:28
A propos de la retraite, ne nous faudrait -il pas complètement changer de paradigme? Celui qui prévaut aujourd'hui est affecté par une vision lourde de style plan quinquennal: "Nous travaillons et cotisons toute notre vie et il nous faudrait à l'heure de notre vieillesse, prendre quelque repos, à l'issue d'un engagement de toute une vie dédiée à l'entreprise (de l'État.)" En fait, c'est au seuil de notre mort que nous avons le plus besoin de travailler. Pour avoir une vie sociale et ne pas être seul! Dans un monde de plein-emploi, tiré par un capitalisme de bon aloi, on peut imaginer qu'on puisse travailler quand bon nous semble et prendre quelques distances avec le travail lorsqu'on a d'autres projets. Si l'on sait qu'au moment de notre vieillesse, on trouvera toujours un petit boulot, il ne sert à rien de s'inquiéter et de cotiser toute une vie pour finir par se profiler dans un mouroir, parfois géré par le trésor public, qui finira par épuiser nos dernières économies du fait de l'augmentation de l'espérance de vie et de l'inflation. Illustration mardi 8 avril avec le film "Profession retraité"   sur Arte. Le film par le renversement total des valeurs qu'il met en scène est très plaisant.
Partager cet article
Repost0