Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 00:01
On trouvera un article critique "Libéralisme et égalité des chances, une hypocrisie ?" paru sur AgoraVox contenant une liste d'arguments classiques opposés au libéralisme...

"La sociologie, science humaine relativement jeune, a mis en évidence un phénomène majeur qui contredit cette liberté d’opportunité : le déterminisme social."

On pourra relire Raymond Boudon à propos de cette tendance de nombre de sociologues de considérer un déterminisme inhérent. Le système Bourdieu est antilibéral. Les forces obscures qui agissent sur l'homme sont une invention de nature à inciter celui-ci à se réfugier dans le giron protecteur de plus grand que lui : l'État. (Sur la théorie de Boudon, on verra ses conséquences dans l'analyse du Gauchiste Repenti)

"La vision darwinienne consiste à dire que certains groupes sociaux sont naturellement désavantagés, et qu’en conséquence il est inutile de les aider."
Le Darwinisme social est souvent avancé pour critiquer le libéralisme. On peut lire le Darwinisme non pas comme une façon de promouvoir les plus forts face aux plus faibles mais plutôt comme un dispositif naturel et spontané de progression par tâtonnements fonctionnant sous la forme d'essais, erreurs puis corrections. Le Darwinisme propose dans ce sens une vision adaptative de l'homme face à son environnement. Il s'oppose au créationnisme qui suppose que dès l'origine de l'humanité un grand ordonnateur ait préparé et planifié à l'avance toutes les potentialités des êtres vivants.

"Supprimer l’héritage financier ? Les biens des anciennes générations seraient mis en commun, et ainsi tous les jeunes qui se lancent dans la vie auraient un même capital financier."
La taxation de l’héritage est une spoliation du droit de propriété. Néanmoins le propriétaire y consent parfois pour des motifs de redistribution à l'exemple des Girondins sous la Révolution. Économiquement, elle risque de disperser le capital dans des mains plus arbitraires encore que l'expérience familiale. Ainsi, il n'est pas dit que l'État en fasse meilleur usage. (Voir sur ce sujet le Québecois Libre)

"Il est plus prudent d’admettre que l’égalité des chances est utopique et qu’en conséquence, on devra toujours compenser les différences biologiques, sociales et financières entre les individus."
Attention à ne pas abandonner la notion de Liberté en faisant progresser celle d'égalité. La notion de liberté est incontournable. Dans la fable du "loup et du chien" de La Fontaine, on pourrait supposer que si tous les chiens étaient attachés, ils seraient tous sur le même pied d'égalité.

"Seul un système institutionnel comme l’Etat-providence peut remplir ce rôle de redistribution des richesses, et mettre fin à l’hypocrisie de l’égalité des chances."
Belle idée a priori. Il se trouve que la tâche de redistribution de l'Etat est bien trop complexe et attire nombre de convoitises. Ainsi la corruption est proportionnelle à l'omnipotence des États (démonstration ici). Si cette redistribution organisée fonctionnait, alors les pays producteurs de pétrole seraient les pays les plus égalitaires de la terre.
Même les anarchistes libertaires ne le contrediraient pas, les arguments invoqués dans cet article d'AgoraVox sont une suggestion à plus de servitude.
Partager cet article
Repost0
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 00:09
L'importance d'une manifestation ne se compte pas toujours en nombre. En 2000, on protestait avec vigueur contre le transport de déchets nucléaires vers la Hague plutôt que de soutenir le commandant Massoud en Afghanistan. L'histoire préfère l'emphase énergique de Dom Quichotte au flegme réfléchi de Sancho Pança. On visitera le site de Johan Norberg où l'on voit que le soutien à l'Égyptien AbdelKareem Soliman condamné à quatre ans prison pour des motifs absurdes a suscité une petite manifestation de quelques libéraux suédois...
Partager cet article
Repost0
25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 18:39
Le livre de Péan agace Sorman et FOG. Il n'est pas surprenant. Ce livre pourrait finalement réconcilier Chirac avec la gauche. Voir cet ancien message : "Chirac n'est pas un mauvais président de gauche". On relira le bilan de la politique de Chirac par Sorman: "Le résultat... aura été un mélange inefficace d’exhortations aux entrepreneurs et de semi-mesures social-démocrates pour aider les activités en difficulté."
Il m'amuse parfois de penser que si Jospin avait été élu, il n'aurait pas eu,
pour le meilleur ou pour le pire, une attitude aussi opposée à la guerre d'Irak que celle de Chirac. L'influence de Blair sur Jospin aurait été notamment plus importante.
Partager cet article
Repost0
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 00:22
Pascal Lamy, ancien sherpa de Jacques Delors, appartient au PS. Il est directeur de l'OMC. Il est interviewé en décembre dernier par l'HEBDO magazine suisse. Extraits:
"La phase d'expansion du capitalisme de marché est très forte, très rapide. Cela crée assez logiquement des réactions d'anxiété, une peur d'être dépossédée, qui se traduisent par une demande de protection. En économie cela s'appelle du protectionnisme. Regardez l'histoire économique de ces 200 dernières années, chaque fois que l'on a succombé au protectionnisme, cela a généré des catastrophes.
Ma propre grille d'analyse politique n'a pas changé. La mondialisation a d'énormes vertus, en termes d'efficacité, de créativité, de progrès dans les libertés, et de connexion des uns avec les autres.  Elle a aussi ses défauts, notamment celui d'accroître les inégalités plutôt que les réduire. Elle doit donc être contrôlée. L'OMC est l'un des édifices qui permettent d'y parvenir. Le commerce, c'est la vie. On achète, on vend, on produit, on aime ou on n'aime pas. Les prix montent ou descendent. Des jobs sont créés. D'autres disparaissent."
Partager cet article
Repost0
21 février 2007 3 21 /02 /février /2007 21:08
Le futur président doit être emphase avec les Français.

Ségo rêve d'entrer à l'Églysée.

Sarko dit le Momo a écrit "Le Chirac et son double".
 
Début de campagne: les candidats se marquent à la hulotte!

Le plein-emploi est un objectif réfractaire.

Ce qui se Francois bien, se déroute clairement.

Ségo: langue d'émoi, Sarko: langue de moi!

Quarante ans après soixante-huit, l'artiste déclare l'état de suggestion antibérale permanent!

Ce qui intéresse vraiment les Francais, c'est la composition du pack tricolore pour le prochain match du concert des nations.

Sarko a un joli logorrhée de campagne.

Les candidats s'échinent à vouloir protéger nos frontières.

Buvet: Vive la démocratie participe-passé!
Boffé: vive la démocratie hâtive!

"Avec la gauche, tout est possible" dit-elle en levant la main droite.

Les candidats se mettent dans tous les États.


Ségo est fascinée par les déserts d'avenir.


Contre l'actionnariat, Ségo soutient l'ardente obligation d'état!

La campagne présidentielle se joue sur les blagues.
Partager cet article
Repost0
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 00:04

J'ai été surpris que le revenu d'Arlette Laguillier puisse lui donner droit à un HLM (Voir RFI janvier). Néanmoins après enquête, même si on trouve sa photo dans le Point au treizième étage de son HLM aux Lilas (artifice de campagne pour faire pauvre?), son revenu est au-dessus du seuil d'accession aux logements sociaux (~22000 € pour personne seule). Ainsi, comme le souligne Alternative Libérale 12, elle serait donc à part entière locataire de son F3. "60 % des Français sont éligibles à l'octroi d'un tel logement - ce qui pose le problème de la pertinence des seuils d'aide publique" écrit les échos dans son dossier immobilier. Yves de Kerdrel dans le Figaro mentionne: "Du côté des offices de gestion des HLM, cette pénurie de logements sociaux entraîne une prime à la solvabilité des locataires. Si bien qu’aujourd’hui 80 % des logements sociaux sont habités par des ménages « non pauvres »."  On lira l'excellent dossier des Cercles Libéraux sur cette question. On y trouvera une description des effets pervers de ce système (Lettre d'un locataire à son propriétaire) et une vue d'ensemble proposée par Alain Madelin.

Partager cet article
Repost0
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 00:19
La vision d'un Irak soumis à un enfer quotidien fait partie de la stratégie terroriste. Les médias y contribuent largement. C'est la thèse de Ludovic Monnerat dans l'article ici "La fabrication d'un désastre". Il se base notamment sur les déclarations de militaires sur le terrain.
"Peu importe dès lors que le « désastre » américain soit une fabrication à la fois délibérée et contingente, une perception contraire à la réalité quotidienne comme au contexte général : perdre ou méconnaître le sens de sa propre action ne permet que très difficilement d’en convaincre les autres. Et un vrai désastre en Irak, sous la forme d’un retrait précipité, est encore possible."
J'ai été surpris par le message de Swissroll (blog libéral de gauche) qui affirme avoir monté son blog en découvrant les blogs américains qui soutenaient l'intervention en Irak dans un esprit de lutte contre l'oppression. Sur la situation en Irak, on constatera la persistance de Guy Millière qui défend toujours la stratégie de Georges Bush. Là d'abord, ensuite puis . "Dans quelques années ou quelques décennies, quand le monde sera délivré de l’islamisme comme il a été, en 1991, délivré du communisme soviétique, nous comprendrons ce que nous lui devrons, je le répète." Et puis ce dernier 14 février, Guy Millière écrit: "La guerre d’Irak est gagnée depuis longtemps. Il restait à gagner la paix."
Partager cet article
Repost0
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 09:22
J'ai signé la pétition suivante  (celle-ci remporte un franc succès: 2900 signataires à ce jour)proposée par les Ateliers du Gué car ma micro-activité d'éditeur indépendant me confronte fréquemment à cette question: je suis pieds et poings liée aux tarifs postaux et ceux-ci sont volatiles et ambigus. Lorsque la Poste est bienveillante, le livre de 15-20 € est expédié pour 2.90 €. Lorsque le responsable de la Poste applique les tarifs les plus stricts, il m'arrive parfois d'envoyer mes livres à partir de l'étranger car l'envoi correspond au même tarif (soit environ 5 euros). Lorsque la Poste propose de restreindre son offre et privilégier les envois rapides en masse, que fait-elle des envois uniques et peu urgents qui sont aussi au coeur de son métier? Les arguments de la pétition sont proches de l'artillerie lourde car elle propose un nouveau tarif spécifique et particulier pour les livres afin soit disant ne pas freiner la diffusion de la culture par le livre. Je ne vois pas pourquoi le livre ferait exception face à une petite boîte de Bêtises de Cambrai. Le problème de fond est un manque de concurrence et, face aux régulations qui leur sont imposées, une incapacité des sociétés à être suffisamment flexibles pour générer des marges sur des petits marchés.  Pour préserver la marge des petits libraires, il ne me resterait ainsi qu'à augmenter de façon drastique le prix du livre. (Une augmentation des frais de port de 2 € nécessiterait environ une augmentation de plus de 4 Euros du prix de vente du livre). A la manière de la vulgate antilibéral: "Le manque de libéralisme profite aux riches".
Partager cet article
Repost0
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 00:01
Si on s'en tient à la Somalie, au Darfour, à l'Irak, à l' Afghanistan. on peut avoir le sentiment de vivre dans un monde guerrier et que la destruction se généralise. Mais, ce n'est pas le cas. Le mois dernier, le dossier  Human Security Brief 2006 a été publié, continuant sur les tendances positives depuis le dernier rapport. Le nouveau dossier prouve que ces tendances ont continué en quatre dernières années :
    - Entre 2002-2005, le nombre de conflits armés dans le monde a été réduit par 15 pour cent, de 66 à 56.
    - Entre 2002-2005, le nombre de décès pour faits de guerre a été réduit d'environ 40 pour cent.
    - En 1989 il y avait 10 génocides continus dans le monde entier, en 2005, il en est plus qu'un (Darfour).
    - Le nombre de personnes déplacées a diminué de 6 pour cent entre 2003-2005.
En même temps, quelques problèmes ont empiré, particulièrement les attaques sur des civils :
    - entre 2002-2005, le nombre d'incidents du au terrorisme a triplé (la plupart du temps en irak) retrouvant son niveau du temps de la guerre froide.
    - Les campagnes de violence organisées contre des civils ont augmenté de 56 pour cent depuis 1989.
Références Johan Norberg

On verra de plus dans le diagramme ci-dessous les progrès de la démocratie marquer un petit ralentissement.
 
Partager cet article
Repost0
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 00:15
J'ai le souvenir du feuilleton des années "Les Incorruptibles". Le héros s'appelait Elliott Ness. Il portait des bretelles et un porte-flingue sous l'aisselle. Il bataillait avec un courage sans égal contre la pègre de Chicago qui organisait la contrebande de l'alcool.
Nous sommes quelques jours peu après les émeutes des banlieues de 2005.
Émission sur TF1. Le policier français en civil, avec un dévouement sans égal, fait la planque plusieurs heures pour surprendre deux adolescents en train de s'échanger du haschisch. On le voit harcèler avec patience ces jeunes jusque dans les allées des immeubles où ils se réunissent. La prohibition de l'alcool dans les années trente a été un échec. Il y a fort à parier que la lutte contre la consommation de cannabis soit illusoire. La mise en scène spectaculaire du feuilleton américain cache l'inanité de la quête des Incorruptibles. Par contre, les policiers français, sous le montage rapide télévisuel, apparaissent sous un halo pathétique. En fin de reportage, un jeune policier énonce son désir de mutation devant ce qui lui semble être une vaine activité.  La tolérance n'implique pas d'augmentation significative de la consommation.  On a parfois le sentiment que pour vouloir interdire l'avortement, il faut avoir des actions dans des cliniques d'avortement illégal, car l'avortement après libéralisation reste à un niveau statistique acceptable. Même chose avec la drogue. L'immobilisme actuel ne semble pas juguler l'augmentation des consommateurs. De plus, l'Etat loin de nous offrir la liberté dont il se targue, loin de s'arrêter à des campagnes d'information qui seraient largement suffisantes dans ce cas, aime à nous punir, à contrôler notre façon de vivre pour notre sécurité. L'État protège mal les citoyens des uns des autres alors il compense en tentant de protéger chacun de lui-même. Cela n'empêche pas ses éminents représentants d'abuser (cf. l'émission TV italienne qui a testé plusieurs députés à l'utilisation de drogues) parfois de ce qu'ils nous interdisent.
La libéralisation fait peur pourtant elle a plus d'avantage que d'inconvénients. L'ouverture de magasins spécialisés permettrait de contrôler la qualité du produit et la teneur en THC. La limite d'âge éviterait l'accès aux plus jeunes. Des recettes fiscales seraient dégagées. De plus tous les efforts dépensés inutilement par la répression pourrait être utilisés à d'autres fins et d'autres priorités. Dans la tendance actuelle où l'intervention de l'Etat semble être très la panacée, cette libéralisation redonnerait un peu de sens au mot responsabilité.
Dans le même sens, on lira cet article à propos des pays pourvoyeurs de drogue :*right and simple".
"The right thing to do, of course, is to legalize the stuff and conduct a public-education campaign against its use. It works with tobacco, and it would work with illegal drugs. Thousands of people are criminalized for no good reason except a bunch of stupid laws on the books and politicians too cowardly to change them."
Partager cet article
Repost0