Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 00:04
"Esclaves coloniaux d'Afrique et d'Asie ; l'heure de la dictature prolétarienne en Europe sonnera pour vous comme l'heure de votre délivrance." Ceci est extrait du manifeste de l'Internationale Communiste de 1919. Ce n'est pas le manifeste des indigènes de la République mais selon Philippe Reynaud ce manifeste a des points commun avec cette bonne vieille logorrhée qui accompagna le communisme."Nous sommes aux côtés de tous les peuples qui luttent pour leur émancipation, contre toute les formes de domination impérialiste, coloniale ou néo-coloniale." Excellent interview de Philippe Reynaud sur l'extrême gauche et en filigrane à propos du libéralisme sur France-Culture ce dernier week-end. (Plus d'info sur ExtrêmeCentre).
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 19:25
Je me réjouis de lire ce hors-série du point sur le Libéralisme. La citation qui fait le titre de ce message est de Piero Gobetti. Nicolas Baverez, Jacques Marseille, Lucien Jaume, Alain Laurent, Raymond Boudon ont apporté leur contribution. Et si je ne suis pas encore rassasié à relire à cent à l'heure les grands libéraux de ce monde, je pourrais toujours réécouter Raymond Boudon sur Canal Académie.
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 00:00
Croyez-vous qu'il soit facile de ne plus être socialiste?

J'ai dû taire mon arrogance face aux Américains que je prenais pour des imbéciles.
J'ai dû renoncer à mon émotion en évoquant les "avancées sociales" des gouvernements de gauche.
J'ai dû apprécier que l'activité indépendante que j'allais monter était plus porteuse pour la société que ma lutte sans faille contre le patronat.
J'ai dû conclure que la mondialisation n'était pas une mécanique inventée par le capitalisme pour mettre les travailleurs au chômage.
J'ai dû faire confiance à l'humanité.
Croyez-vous qu'il soit facile de ne plus être socialiste?

J'ai dû découvrir que mes meilleurs potes anarchistes, qui se targuaient de profiter des subventions de l'État en refusant de travailler, étaient de tristes maraudeurs.
J'ai dû ne pas rejeter les riches au premier chef et ne pas voir les "pauvres" comme une entité informe de laquelle j'allais me considérer comme le bienfaiteur potentiel, puisque j'étais de gauche.
J'ai dû m'affranchir de ma haine du commerce et des commerçants, ces "Dupont-la-joie personnifiés".
J'ai dû respecter les propriétaires, ces "petits-bourgeois puants", des appartements que je louais.
J'ai dû concéder que la théorie marxiste n'était pas forcément un cadeau pour l'humanité.
J'ai dû admettre que le Chili, ce n'était pas Allende.
J'ai dû accepter le capitalisme comme un bienfait alors qu'il rendait les riches plus riches et plus pauvres les pauvres.
J'ai dû conclure que les multinationales n'étaient pas responsables des difficultés de l'Afrique.
J'ai dû jauger la culture au même titre que les autres domaines et ne plus l'apprécier comme si elle fut universelle, dépassant tous les clivages et prioritaire sur toute subvention.
J'ai dû renoncer à cette posture gourmande qui ânonnait que la panacée était de distribuer gratuitement des allocations, quarante litres d'eau et un abonnement électrique gratuits.
J'ai dû désigner les intermédiaires, du nom de grossiste et de distributeur alors qu'ils étaient des parasites spoliant le producteur.
Croyez-vous qu'il soit facile de ne plus être socialiste?

J'ai dû me crisper lorsqu'il s'agissait de squatter dans l'allégresse militante des appartements inoccupés.
J'ai dû consentir que la propriété, cette invention de la petite bourgeoisie libérale était une forme sophistiquée de l'évolution humaine.
J'ai dû commencer à regarder l'État avec de plus en plus de circonspection...
J'ai dû me rendre à l'évidence que nombre de manifestations auxquelles j'avais participé étaient des attrape-nigauds.
J'ai dû perdre l'amitié de mes copains de gauche pour qui je suis désormais, un damné de droite...
Croyez-vous qu'il soit facile de ne plus être socialiste?

J'ai fait la paix avec mon passé que la lutte des classes a fourvoyé.
J'ai considéré que j'étais libre et qu'en face de moi, il y avait plein d'incertitudes et de lendemains qui dansent...
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 00:06
Pour les héritiers des lumières, il est parfois difficile d'admettre la possibilité du réchauffement climatique qui semble a priori plafonner la notion de progrès. Marc Fumaroli exprime ce dilemme dans Le Point de cette semaine avec un article intitulé: "Querelle de l'écologie, querelle des Lumières".  "Mais que deviennent les lumières, si les bienfaits du progrès matériel sont payés demain par le flétrissement général de l'écosystème planétaire? Et où vont-elles, si une combinaison de saint-simonisme et de socialisme crée des tigres industriels capables de démontrer mieux que son échec irakien, à quel point le libéralisme de la nation pilote n'est pas universalisable?"  Néanmoins, basse vengeance sur le modèle négativo-écologique de société ou sublimation de l'idée de progrès, la lutte contre le réchauffement climatique, si  elle s'avère pertinente, nécessitera de solides efforts d'innovation. Le modèle écologique devra s'accommoder de la prolifération de centrales nucléaires et sans doute de celle des OGMs. En effet, ces derniers permettraient aussi d'économiser les émissions de CO2 dans l'atmosphère. (Ref Norberg)
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 00:14
Le dernier livre de Tzvetan Todorov "La littérature en péril" dénonce l'enseignement de la littérature en France où depuis les années quatre-vingt dix on préfère enseigner à nos gamins le discours critique sur les oeuvres plutôt que l'oeuvre. C'est un peu comme si Grand-mère enseignait le schéma de Propp aux enfants plutôt que de leur conter le petit chaperon rouge; comme si en cours d'anglais, on apprenait la linguistique appliquée plutôt que de parler. On lira à ce propos le résumé de Pierre Assouline: "Après tout, si l’analepse et la prolepse, les six fonctions de Jakobson et les six actants de Greimas l’ont emporté sur une approche moins brouillée de La Nouvelle Héloïse, ou sur une lecture de La Comédie humaine pour elle-même, il semble que le barthésianisme ne fut pas étranger à ce gâchis. Il est vrai que moins de cent pages, c’est court pour un tel examen de conscience, pour le reste aussi eu égard à l’ampleur des dégâts. Todorov les a vécus de l’intérieur puisqu’il a siégé au Conseil national des programmes de 1994 à 2004."
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 00:00
Villepin a-t'il son propre juste? Villepin adoube Harold Pinter. Celui-ci a le Curriculum Vitae particulièrement chargé. Il est vrai qu'il est un homme de théâtre tout à fait respectable. Ce prix nobel de littérature est poète également et aime à partager son amour pour celle de Neruda. Il n'y a pas de honte à être comme beaucoup d'Américains contre la politique de Bush en Irak. Critiquer Israël est encore possible. Ajouter à cela le soutien à Slobodan Milosevic, à Fidel Castro et à Chavez marque le grand homme de lettres. Á côté, le clinquant d'une légion d'honneur fait à peine le poids. J'imagine combien Villepin doit être apprécié des Américains et réciproquement.
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 00:07
A la poursuite du bonheur est un film dont le message serait plutôt "libéral". Voilà qui est assez rare pour être souligné! Voici un extrait de la critique positive faîte par les libertariens aux US.  "Le film est une brève leçon de philosophie politique à propos de la richesse qui peut être créée dans une société qui protège la propriété privée..." Le film ne sombre pas dans la caricature: Le méchant propriétaire, le méchant patron... Pas de racisme dans le monde du business! La réalité nous est donnée, brut de fonderie sans nombre de clichés auquels on pourrait s'attendre. Viré par son propriétaire parce qu'il ne payait pas, Chris Gardner dans la rue en pleine nuit ne casse pas la vitre pour se venger, il continue sa quête: gagner son argent grâce à son propre mérite.
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 00:33
Réaction classique au niveau individuel: BHL est irrité de l'apparition de ces journalistes virtuels, les bloggers, qui lui font concurrence. (Voir Le Point)
"C'est l'année où il s'est confirmé que la vraie source de l'ignorance n'est pas dans la rétention, la rareté, la censure de l'information mais dans son déferlement, dans le flot ininterrompu des nouvelles et des commentaires, dans le tsunami des chaînes, des écrans, des nouveaux supports, des blogs.
C'est l'année des blogs justement, c'est-à-dire du nombrilisme planétaire.
C'est l'année, cependant, où le nombre des ex-bloggers a rejoint celui des bloggers - preuve que le nombrilisme n'est peut-être pas, tout compte fait, un journalisme. "
Nous avons tous connu ce type de réaction où un concurrent potentiel envahit notre pré-carré. Le premier réflexe est de vouloir barrer la route à l'importun et de le renvoyer dans les cordes. Le réflexe libéral et pas forcément le plus naturel, est différent. Dans un monde de liberté et de respect mutuel, on accepte le nouveau venu, on dit oui à l'échange éventuel et à la concurrence, source de stimulation. On se rend bientôt compte que l'on a plus à gagner au respect de l'autre. C'est cela la concurrence! La liberté! Les bloggers sont l'expression spontanée d'un nouveau rapport à l'information. Et la bouche en cul-de-poule, les protectionnistes ânonnent : "Ces gueux du journalisme écrivent comme des pieds!"
"Qu'à cela ne tienne, on apprend vite!" répond le petit peuple des bloggers!
Nul ne sait où l'on va mais faisons confiance à la "main invisible", ordonnancement naturel des forces individuelles  et spontanées. Vive l'incertitude! Vive le respect de l'autre! C'est cela, les prémices de la philosophie libérale, appliquée au quotidien.
On pourra écouter l'émission du Grain à Moudre du 12/01/07 sur France-Culture!
Partager cet article
Repost0
15 janvier 2007 1 15 /01 /janvier /2007 00:19
La France a décroché avec le Socialisme de 1981. C'est la thèse qu'avance Jean-Pierre Chevallier, diagrammes à l'appui.
Voir ci-dessous l'évolution du PIB.
L’augmentation de la consommation repose en France sur de la monnaie non gagnée distribuée massivement, de la création monétaire, ce qui est très grave pour l’avenir, alors que la consommation des Américains repose sur des bases saines. Cette dégradation de la situation économique en France (sa baisse de compétitivité) se retrouve dans le déficit de la balance commerciale qui plonge à partir de 2003.
Partager cet article
Repost0
13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 13:48
Après la diffusion de l'embrasement sur Arte, qui n'explique pas les raisons de la poursuite, Alain Finkielkraut défend ce matin dans Répliques (dernière minute) sa position du 06.12 où selon lui- il se base sur un article du monde du 14 décembre- un cambriolage (hypothèse paraissant peu probable aujourd'hui) aurait été à l'origine de la tragique poursuite.
Partager cet article
Repost0