Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 00:03
On écoutera avec intérêt et émotion (ça c'est pour les fans comme le "crédule" libéral que je suis) l'émission consacrée à Revel début janvier dans du Grain à moudre. Voir sur le site consacré à Revel. On écoutera notamment le débat à partir de la minute 48:30, le libéralisme est-il à gauche? Ouiii concluent en coeur les différents interlocuteurs de l'émission. Scoop à faire dégommer ce maffieux de la pensée qu'est Goucho, dopé au protectionnisme et au coca façon lutte des classes! Nous en reparlerons dans les semaines à venir.  Voir précédent message sur cette question. Finalement, il y a la gauche, il y a la droite et il y a le socialisme!
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 13:30
Les deux écrivains les plus connus d'Amérique latine, le castriste Garcia Marquez et le libéral Vargas Llosa viennent de se "réconcilier" en publiant ensemble. Réconciliation personnelle sur l'autel de la littérature, qui ne préjuge pas de leur part d'un "retournement de veste". Voir le blog de Pierre Assouline et les messages de GaucheTotalitaire ici et .
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 00:21
Fumer de l'herbe comporte des dangers et cette information n'est pas encore rentrée dans les moeurs. Il est encore très près, le temps où le guitariste de Grateful Dead, Jerry Garcia, faisait l'apologie du shit en concert devant des milliers de personnes. La majorité des gens pense encore que fumer du cannabis est plutôt inoffensif et l'herbe a encore une connotation positive. La situation idéale serait la suivante : libéralisation de la drogue et information sur ses dangers. La situation est presque inverse. La drogue est prohibée et ses dangers ne sont pas assez affirmés. Voir la vidéo où l'on voit des présentateurs télé se vanter de fumer un joint chez Sarko. Quant aux dangers de la drogue, une excellente émission sur Canal Académie. Rare et passionnant!
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 18:45
Nous autres français avons une vision particulièrement réductrice de la Suisse. Nous pensons par exemple que ce pays doit sa richesse à ses banques ou à sa neutralité au cours de la dernière guerre. Erreur, ce pays a une longue tradition de libéralisme. Ainsi, le tissu industriel de ce pays est particulièrement riche et sa recherche scientifique très vivace. Alors que Arnaud Chavez de Montebourg éructe à propos de la Suisse, j'en profite pour rappeler que ce pays est un des plus ouverts à la mondialisation de la planète. Seul Singapour se trouve devant lui. Les Français ont donc tout loisir d'examiner les effets pervers du libéralisme et de la mondialisation sur les habitants de ce pays, sur sa vie sociale et sur sa culture. Néanmoins, les Suisses étant viscéralement humble et modeste, il ne sera pas facile d'obtenir de leur part des témoignages tranchés et péremptoires. Il conviendra de leur tirer discrètement les vers du nez. Les Français ont pu découvrir un jeune politicien Suisse de 28 ans Pierre Maudet, dans l'émission de Laurent Ruquier, qui a réservé un mauvais traitement à notre micro-Chavez (voir le compte-rendu de Swissroll). Ils ne sont pas encore au bout de leur surprise. S'il s'avére que les Français continuent à croire aux chimères de l'antilibéralisme, ce petit pays deviendra de plus en plus insolent pour nos politiciens grâce à ses réussites et ne manquera pas d'être un des poils à gratter de nos démagogues!
Partager cet article
Repost0
9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 08:15

Un moment drôle dans Mots Croisés (1h35) vers minuit, hier soir. On y a vu Mme Le Pen expliquer à un aréopage de protectionnistes comme Olivier Besancenot. Manuel Valls et Patrick Devedjan les vertus de celui-ci.
"M. Besancenot, vous êtes pour l'ouverture des frontières?" (semblant prendre son silence pour un oui)
Marine Le Pen sort de son sac une pince, des ciseaux, une clé à molette prenant à témoin tous les participants au débat.
"Ceci est fabriqué en Chine et cela côute 2 ou 3 euros. Comment voulez-vous résister? Il faut fermer les frontières ! "
Je me souviens que Villepin avait fait la première page du Times l'an dernier tel un parangon du protectionnisme. Il semble que sur cette matière, l'extrême droite soit l'original et les autres de pâles copies.
Désormais, en appeler au protectionnisme, c'est, pourrait-on avancer, faire le jeu de l'extrême droite.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 00:06
Matthieu Laine a eu les plus grandes difficultés à s'exprimer hier soir devant les bons sentiments, les atterrements, les appels à l'urgence compassés dans l'émission Ripostes (vidéo)... Le débat présidentiel va désormais s'enfoncer dans les impasses du droit au logement. Pour éviter de se poser la question d'un logement aussi difficile d'accés en France, on préfère donner à Besancenot le plaisir d'insister sur la réquisition: "Mais le sens de notre soutien à cet appel s’appuie surtout sur la demande de réquisition des logements vides." L'émission se termine et Matthieu Laine a juste le temps de lancer "le droit de réquisition est une atteinte au droit de propriété!" Goucho se prend désormais pour l'abbé Pierre et Besancenot, en parfait babouviste, se délecte de ce coup donné au droit de propriété. On lira la position d'Aurélien Véron sur ce sujet.
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 00:09
"Depuis plus de quarante ans, les Etats-Unis imposent à Cuba un embargo dévastateur qui fait obstacle à un développement normal et entraîne des conséquences tragiques pour les habitants de l’île." Ignacio Ramonet est désormais connu dans le monde pour son indéfectible soutien à la cause castriste. En vérité il a toujours aspiré au libre-échange entre les USA et Cuba. Voir Johan Norberg.
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 00:09
Bernard Maris, économiste d'ATTAC, dans son premier manuel d'anti-économie décrit les inconsistances selon lui de la théorie économique. Nombreux sont les lecteurs qui ont du se convertir à l'antilibéralisme à la suite de ce livre. Je ne parle pas du second tome qui vient de sortir et dont quelques blogs ont déjà parlé. (voir econoclaste par exemple).
Pour Maris, au premier tome, l'économie n'est pas une science exacte et "Le marché est un vaste bordel". Tous les économistes qui ont l'arrogance de vouloir aller plus loin sont des imbéciles comme Camdessus, le directeur du FMI, à la suave langue de bois. Maris dresse un tableau érudit de la science économique à travers ses récents prix nobels. Debreu (1988) démontre l'équilibre des marchés et d'une certaine manière la théorie de la main invisible. Stiglitz (2001) montre que si les conditions idéales ne sont pas respectées, l'équilibre des marchés ne se produit pas.
Pour Maris, le libéralisme est un leurre. Il déclare son admiration pour Keynes et Marx. Sa haine de Milton Friedman est sans limites.
Trois évènements ont choqué Maris en 1999 pour se lancer dans l'écriture de ce livre "plein de fièvre et de révolte" : l'affaire Enron, la faillite de l'Argentine et "La grande désillusion", le livre de Joseph Stiglitz rendant responsable le FMI des faillites successives. Si on regarde les trois raisons de la création de ce livre, on remarque qu'en quelques années, si l'économie capitaliste avait commis un odieux massacre, elle a passablement redressé la situation. L'affaire Enron a provoqué la mise en place de mécanismes de régulation comme Sarbanes-Oxley (trop contraignants pour les entreprises) et les responsables ont été jugés. L'Argentine va beaucoup mieux comme la plupart des pays que le FMI (institution plutôt keynesienne que libérale) a utilisé comme cobayes. Ainsi, avec le recul, on peut s'imaginer que les arguments de Maris ne sont pas aussi déterminants qu'ils paraissaient à court terme ou bien que le FMI a corrigé le tir. On peut s'imaginer que les fonctionnaires en costume bleu du FMI décrits par Stiglitz, appliquant à la lettre leurs recettes caricaturales matinées de libéralisme, dans un environnement où souvent foisonnait la corruption, sans tenir compte des conséquences de leurs réformes, s'ils ont provoqué des catastrophes à court terme, n'ont pas mis ses pays à genoux à long terme... Ainsi l'action du FMI, présentée comme apocalyptique, faisant naître en réaction des créatures politiques comme Chavez, appliquée par des fonctionnaires zélés et procéduriers, sans jamais tenir compte des réalités concrètes, aurait-elle fini par être plus efficace qu'on veuille bien le dire? A suivre... On écoutera Camdessus en septembre 2006 à propos du FMI dans l'émission l'économie en questions sur France-Culture.
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2007 3 03 /01 /janvier /2007 00:01
Le prix Bastiat - Cela me fait rire de penser qu'il existe un prix Bastiat sans qu'on en ait jamais entendu parler en France - à deux économistes dont les écrits sont particulièrement stimulants. Tim Harford , le Dear Economist, de notre page de liens et Jamie Whyle de Nouvelle-Zélande. Prenons un des articles de Tim Harford paru dans le NYT en 2005 "YES,WE HAVE BANANAS – WE JUST CAN’T SHIP THEM". On peut retrouver les même idées de base dans son excellent livre "The Undercover Economist" dans une description saisissante du Cameroun et des entraves au libre-échange que subit ce pays dû à son gouvernement. Cet article montre que même si l'OMC supprimait les subventions agricoles du jour au lendemain, cela ne changerait rien car il est nécessaire pour un producteur de République Centre Africaine de compter 116 jours et 38 signatures pour pouvoir acheminer ses bananes jusqu'aux USA. Quant à Jamie Whyle, on le retrouvera dans de prochains messages...
Partager cet article
Repost0
2 janvier 2007 2 02 /01 /janvier /2007 16:27
Trouvé intéressant sur France-Culture, les entretiens de Benjamin Stora avec Marc Ferro. Une traversée du siècle passionnante entre le maquis du Vercors, les lendemains de la guerre, le communisme, la guerre d'Algérie, le colonialisme, la situation actuelle... Du vécu! Lien sur le quatrième entretien:
Partager cet article
Repost0