Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

13 février 2006 1 13 /02 /février /2006 08:01
Voici la position du cercle des libéraux concernant le CPE. Le CPE contient nombre de défauts, il ouvre néanmoins une bréche. Il n'est pas l'apanage des libéraux. "Pour les libéraux, ce contrat, s’il semble ouvrir une brèche dans notre sacro saint droit du travail et pose clairement le problème d’un droit du licenciement trop rigide, n’est cependant pas sans problèmes. D’abord c’est un contrat massivement subventionné par des exonérations de charges (qui constitue une erreur et une illusion d’optique) ; ensuite il s’adresse indistinctement à tous les jeunes de moins de 26 ans qui, bien entendu, ne constituent pas une catégorie homogène. (Qu’y a t ‘il de commun entre le contrat de travail d’un jeune cadre diplômé d’une start-up d’informatique, un jeune à la recherche d’une formation complémentaire ou d’une première expérience, une jeune caissière de supermarché...) A situations différentes, il faut des contrats de travail différents. On retrouve dans cette approche «tous les 26 ans dans le même contrat» la même erreur que celle des socialistes : «tout le monde aux 35 heures»! Sans doute le CPE permettra –t-il de créer quelques emplois nouveaux en déverrouillant la peur du licenciement, mais pour l’essentiel, gageons qu’il ne fera que changer la place des jeunes dans la file d’attente du chômage. Répétons-le : La gauche partage les emplois, la droite les déplace, seuls les libéraux les créent. Au demeurant, face au CPE qui passe pour très libéral parce qu’il supprime pour les jeunes tout motif de licenciement, les libéraux doivent répondre qu’ils n’en demandent pas tant, que cette proposition n’est pas la leur. Le législateur serait mieux avisé de redéfinir pour tous les contrats « les causes réelles et sérieuses de licenciement » adaptées à la réalité d’une économie ouverte dirigée par les marchés et les consommateurs."
Partager cet article
Repost0
12 février 2006 7 12 /02 /février /2006 12:00
Examinons quelques réactions aux caricatures de Mahomet. Daniel Pipes pense que l'Europe a fait preuve de plus de courage que les USA. "Étrangement, alors que la «Vieille Europe» retrouve du tonus, la sphère anglophone vacille. La réaction du gouvernement américain a été si exécrable qu'elle lui a valu l'approbation de la principale organisation islamiste du pays, le Conseil des relations américano-islamiques. Cela n'a toutefois rien pour surprendre, car Washington cultive volontiers l'habitude d'accorder des privilèges particuliers à l'Islam. À deux reprises par le passé, il manqua de courage dans des affaires d'insultes concernant Mahomet." Daniel Pipes considère que la lutte se joue toujours entre islam modéré et islam fasciste. "C'est une erreur tragique que d'associer tous les Musulmans avec les forces du mal. Il existe réellement des Musulmans modérés, éclairés, libres-penseurs. Traqués dans leur propre milieu, ils espèrent que l'Occident leur prêtera main forte, les soutiendra. Et, quel que soit leur état de faiblesse actuel, ils joueront finalement un rôle crucial dans la modernisation du monde musulman." La réaction de Kofi Annan est ambigue. Il soutient une initiative des nations islamiques visant à transformer les insultes des « religions et de leurs prophètes » en crime contre l'humanité. Pour Johan Norberg, "Les protestations n'ont pas forcément le soutien d'une grande majorité de musulmans, ce n'est pas parce qu'on fait plus de bruit que l'on représente la majorité. Rappelons nous les manifestations de protestation d'un million de libanais contre l'occupation syrienne. Le risque est désormais de voir les islamistes modérés de plus en plus isolés et menacés."
Partager cet article
Repost0
11 février 2006 6 11 /02 /février /2006 12:00
La gauche la plus bête du monde? Ce titre est exagéré, c'est vrai. Il doit y avoir bien dans d'autres gauches dans le monde qui dépassent la nôtre. Notre gauche aime le folklore. Goucho en sait quelque chose lui qui aime défiler en se serrant les coudes avec ses camarades. Le langage de la rue à travers de grandes manifestations est celui que la gauche préfère et comprend le mieux. On a même vu Mitterand manifester alors qu'il était président de la république en fonction. On a même vu la gauche en avril 2002 défiler pour exorciser ses propres gaffes puis voter contre elle-même en mai 2005. La gauche française n'arrive pas à la cheville des grandes social-démocraties européennes et gageons que les discussions qu'elle engage en privé avec ses partenaires européens sont d'une plus haute tenue que celui qu'elle tient avec tactique dans nos médias. La droite française n'est pas non plus un exemple de lucidité. Elle penche même souvent à gauche. Les électeurs en perdent leur latin et assimile parfois le libéralisme aux errements des gouvernements. Pourtant, nous n'avons pas de chances depuis 25 ans. La gauche française paraît incarner le principal frein à la résiliation de notre taux de chômage. Une règle aussi simple que celle de la flexibilité de l'emploi, proposée non sans courage par Villepin, a fait l'objet de nombre de critiques. Je ne parle pas des absurdités à la façon de Radio Tirana proférées par nombre de sites de gauche : "Si le CPE entrait en application, la principale conséquence serait l’accroissement de la précarité et de la violence patronale."  François Hollande, lucide, y voit la remise en cause du code du travail. Entre la candidature possible de Dieudonné, la candidature certaine de Laguillier et celle probable de Besancenot, nous avons la gauche la plus gauche d'Europe, et les débats de la présidentielles 2007 promettent d'être d'un haut niveau. Une analyse lucide de Cécile Philippe parue dans les échos fait le point à l'Institut Molinari sur la question des obstacles au licenciement et de la sécurité de l'emploi...
Partager cet article
Repost0
8 février 2006 3 08 /02 /février /2006 01:24
Google comporte finalement quelques failles comme celle-ci ou bien celle-là. Il vaut mieux un google allégé que pas de google du tout. En effet : Google annonce en toute clarté l'usage de restrictions Traduction: "Certains résultats ne sont pas affichés en fonctions des lois en cours."

Partager cet article
Repost0
5 février 2006 7 05 /02 /février /2006 00:01
Partager cet article
Repost0
2 février 2006 4 02 /02 /février /2006 00:01
Aujourd'hui une nouvelle grève absurde en France! Travaillant dans une multinationale à Genève, nous sommes nombreux définitivement établis en Suisse (c'est mon cas) ou frontaliers. Nous voyons grâce à la simple distance que nous impose la frontière s'égosiller notre pays dans son petit bocal. "Mieux vaut en rire!" C'est l'expression qu'a employé ce matin, notre client français lorsque nous lui avons annonçé que le vol Paris - Genève était annulé et que notre consultant parisien ne pourrait honorer son rendez-vous. Pendant que les transports sont en grève à Paris, des milliers de français à l'étranger, désenchantés, haussent les épaules. Les Suisses restent discrets, nous autres Français, cœur blessé, sommes les plus prompts à la critique. A côté de moi, mon pote Philippe me raconte le débat d'avant-hier lundi à la télévision à propos du Contrat Première Embauche. Philippe est marseillais. Il a fait ses études en Angleterre et a décroché son premier job en Irlande.  Il est révolté par les inanités proférées au cours de cette émission "pour critiquer un truc aussi con et évident" que le Contrat Première Embauche. Avec son cursus, il n'est pas étonnant que la France ressemble de plus en plus pour lui à la planète Mars. "Je ne me vois pas retourner un jour en France" dit-il parfois. Ce week-end, il va se promener en Angleterre pour faire du repérage avec sa fiancée anglaise afin de trouver un bel endroit pour faire la fête le jour de son mariage. Il n'a plus qu'un fil ténu qui le relie à son pays, c'est sa passion pour l'Olympique de Marseille.
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2006 2 31 /01 /janvier /2006 11:59
Le Chili
Les deux articles ci-dessous ont battus tous les records de lecture ce mois-ci avec les 59 mensonges de Michael Moore

Chili: le programme de Michelle Bachelet

Le programme de Sebastián Piñera face à Michelle Bachelet: un programme d'essence libérale.

Le Venezuela

Le bilan de la politique de Chavez au Venezuela ou la mise au pas graduelle d'un pays

Le Monde Diplomatique et le Venezuela

Le viaduc entre Caracas et l'aéroport

Le soutien de Harry Belafonte à Chavez

La double personnalité de Chavez

Les fantasmes révolutionnaires de Chavez

La "démocratie" au quotidien au Venezuela

Les dérives de Hugo Chavez contées par Alexandre Adler et le romantisme de Daniel Mermet

International

La politique de Bush selon Millière

59 mensonges de Michael Moore dans Fahrenheit 9/11

Les punitions carcérales et l'insécurité aux USA

L'Inde et le libre échange

Les libertés dans le monde sont en progression

Une animation pour expliquer le libéralisme

Le capitalisme français est sans doute le plus antisocial des capitalismes européens

Le retard de la France par rapport aux US

Chirac n'est pas un mauvais président de gauche

A propos de la politique de la gauche en 1981... Quelques citations de Michel Rocard

Le livre de Rocard "Si la gauche savait" nous montre pourquoi le Parti Socialiste reste toujours aussi rétrograde, différent des partis social-démocrates européens

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2006 6 28 /01 /janvier /2006 19:48
Un petit jeu pour ce samedi soir: en lançant "Tiananmen" sur google, on obtient ceci. Si on choisit le chinois, on obtient tout autre chose (Référence Johan Norberg). Malheureusement, il n'y a pas de "bug" informatique dans cette mouture chinoise de google.
Partager cet article
Repost0
27 janvier 2006 5 27 /01 /janvier /2006 12:42
En écoutant ce matin 27 janvier, les matins de France-culture, j'ajouterais un quatrième symptôme correspondant aux maux du capitalisme français (voir article : Le capitalisme français est sans doute le plus antisocial des capitalismes européens). Le risque zéro. Les patrons français ne prennent aucun risque et semblent exclure du moindre entretien d'embauche les jeunes des banlieues. C'est ce que le film de Yamina Benguigui "Plafond de verre" semble montrer. Ces jeunes gens compétents et riches en diplômes ne peuvent pas être embauchés, ils ne sont pas convoqués aux entretiens. Ainsi la rigidité de l'emploi en France aurait pour conséquence indirecte : la discrimination et le blocage à la base de l'ascenseur social pour ceux qui le méritent. Dans le vif du sujet, Philippe Robert sur le Blog Liberté-Avenir exprime son espoir de voir évoluer le MEDEF grâce à Laurence Parisot. Il a raison. Pour un libéral en France, c'est si rare d'avoir chaud au coeur, on se fera un petit plaisir en écoutant ce discours de Laurence Parisot (Voir vidéo.) "L'entreprise, c'est la vie!"
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2006 7 22 /01 /janvier /2006 00:01
On oppose parfois deux arguments à la dette française :
- Les USA ont une dette abyssale. La dette, c'est la norme!
- Il y a de bonnes et de mauvaises dettes. Certaines dettes sont des investissements sur l'avenir et il peut être utile d'en avoir.
dettes comparées - PIB

Au premier argument, on opposera le graphique suivant proposé par le cercle des libéraux montrant l'évolution respective des PIB. Les USA ne devraient pas avoir de problème pour recouvrer leur dette. La dette américaine sert l'investissement. Au second, les dettes de la France sont un puits sans fond sans perpective aucune, elles ne correspondent pas à une amélioration des infrastructures ou à plus de recherche scientifique. Pour Jean-Pierre Chevalier, dans la lettre des libéraux: "Ainsi, 2 000 milliards d'euros environ circulent sans qu'ils aient pour contrepartie la vente de produits tirés d'un travail. C'est de l'argent non gagné. Pour l'essentiel, il s'agit d'aides dites sociales, des salaires de fonctionnaires dont le travail ne crée aucune valeur réelle supplémentaire et de subventions à des entreprises publiques."
Partager cet article
Repost0