Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

27 décembre 2005 2 27 /12 /décembre /2005 00:29
Liberté-Chérie analyse le conflit dans les transports New-Yorkais. Sa résolution semble cette fois un compromis raisonnable et transparent. "Les dirigeants ont décidé de réduire les avantages sociaux pour assurer l'équilibre des comptes, ce qui est certainement la meilleure solution... Les dirigeants de l'MTA auraient pu adopter d'autres solutions, comme par exemple relever les prix des tickets de métro, ce qui aurait été contraire à la volonté des New-Yorkais. Ils auraient pu diminuer les salaires, ce qui n'aurait pas été acceptable par les salariés. La solution adoptée est donc bien la meilleure. Elle respecte les règles comptables ordinaires."
Partager cet article
Repost0
25 décembre 2005 7 25 /12 /décembre /2005 00:06
Finalement pendant que les adeptes de la décroissance, les souffreteux de la pub comme Goucho, se taraudent sous l'emprise d'une sinistre mauvaise conscience, on peut se dire à la manière de Ayn Rand, écrivaine culte du libéralisme. "La signification séculaire des vacances de Noël dépasse largement le cadre de n'importe quelle religion : c'est l'expression d'une bonne volonté entre les hommes… L'aspect charmant de Noël exprime le bon entendement de manière gaie, heureuse, bienveillante, non sacrificielle. On dit "Joyeux Noël !". Pas de soupirs ni de repentance. Et la bonne volonté est exprimée matériellement en offrant des présents à ses proches, ou en leur envoyant une carte pour se rappeler à leur souvenir… Le meilleur de Noël est habituellement décrié par les mystiques : Noël est une fête commerciale. L'achat de cadeaux stimule l'ingéniosité dans la création des produits consacrés à un but :  donner à chacun du plaisir. Et les décorations des grands magasins, les arbres de Noël, les guirlandes, le scintillement des couleurs offre à la ville une délicieuse féerie, que seulement les commerçants sont à même de nous offrir. Il faut être terriblement déprimé pour bouder ce merveilleux spectacle. Joyeux Noël !"
Partager cet article
Repost0
23 décembre 2005 5 23 /12 /décembre /2005 00:32
Deux français se sont fait remarquer au sommet de Hong Kong. Le socialiste Pascal Lamy directeur de l'OMC, pour avoir arraché un accord modeste mais essentiel. Quant à l'incontournable José Bové, il a retourné sa veste mais pas dans le bon sens. On lira l'analyse suivante parue dans Liberté-Chérie.
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2005 4 22 /12 /décembre /2005 00:00
Bush a été sous les feux de la critique avec Katrina. Il est une tête de turc incontournable du paysage politique. Voici pourtant un fonctionnaire d'état qui prend sa défense. Rapprochons ceci de l'ensemble des raisons possibles qui auraient suscité l'ouragan. Là encore, Bush n'y échappe pas...
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2005 7 18 /12 /décembre /2005 15:26
Un court article de l'institut Molinari résume le dilemme et les contradictions de la PAC. En France, La plupart des subsides de l'agriculture (90%) vont aux grosses entreprises agricoles et non aux petits paysans. Ces grosses entreprises agricoles comme nous l'avions noté précédemment seraient suffisamment performantes, surtout en France, pour lutter contre la concurrence. Les conclusions du sommet de Honk-Kong sont modestes: Il est convenu par tous les pays membres que les subventions à l'exportation doivent être supprimées avant 2013. Le compromis suggère également l'accès exempt de droits aux marchés des pays développés pour les  pays en voie de développement.
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2005 5 16 /12 /décembre /2005 20:53
Les Irakiens ont voté à plus de 70% cette semaine. À l'heure des débats sur la colonisation, on se rappelera que les Etats-Unis ont fait une révolution contre la colonisation anglaise et n'ont jamais colonisé directement un pays. On objectera comme un seul homme que la guerre d'Irak est un acte agressif qui permet aux USA de garder de l'influence et la mainmise sur le pétrole. Cet acte en apparence parmi les plus agressifs et les plus intrusifs qu'a commis les USA, au cours de son histoire pourrait finalement se terminer, malgré les nombreuses erreurs commises, par l'établissement d'une souveraineté irakienne sur son propre pays et d'une démocratie ouverte. Dans ce cas, il n'y aurait pas au final un seul gagnant et un perdant mais bien deux gagnants. On écoutera l'éditorial audio de l'express.
Partager cet article
Repost0
15 décembre 2005 4 15 /12 /décembre /2005 00:18
Pour Johan Norberg, la perspective critique de Stiglitz est erronée. "Stiglitz explique que la mondialisation n'a pas mené « à la croissance économique et la stabilité » et « peut ne pas engendrer de progrès social ». Il construit ses arguments sur un nouveau rapport de l'OIT, l'Organisation internationale du travail et 26 membres de la Commission, "Une mondialisation juste". Le rapport a plusieurs points valides, mais la perspective globale est simplement erronée. Le fait qu'il y ait des problèmes dans le monde ne montre pas qu'ils sont tous dus à la globalisation, pas plus que la coexistence de la maladie et des médecins montrent que les médecins doivent être à blâmer. Au contraire, les problèmes sont les plus persistants dans les endroits où la mondialisation n'a pas fait son entrée. La croissance économique moyenne des économies les plus libérales est deux fois plus forte qu'ailleurs. Et chaque indicateur de progrès social discuté dans le rapport - les salaires, le travail, le niveau de vie, la protection de l'environnement et ainsi de suite - est franchement corrélé avec la croissance économique. Comment tant d'experts peuvent-ils être si aveugles aux faits les plus fondamentaux ? Peut-être parce qu'ils ont été en particulier influencés par un des membres de la Commission et en particulier - M. Stiglitz ?"

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2005 3 14 /12 /décembre /2005 00:22
Pour Joseph Stiglitz et pour les observateurs d'ATTAC, le consensus de Washington a échoué. Nombre de pays ont du suivre des méthodes libérales trop violentes qui ont généré beaucoup de pauvreté et de difficultés. Pour Johan Norberg, le consensus a échoué en partie seulement. En voici pour lui les explications.
"Les statistiques prouvent clairement que le libre-échange réussit où il est pratiqué, mais la Banque Mondiale peut montrer que très peu d'économies ont réussi parmi celles qu'elle a conseillé  et à qui elle a dpnné des fonds. Pourquoi? Simplement parce qu'il est presque impossible de pousser des gouvernements opposés à la réforme avec des promesses d'aide. Ils prendront l'argent et feront des réformes minimales. Le dictateur Daniel Arap Moi du Kenya a obtenu 19 prêts structuraux d'ajustement mais n' a jamais reformé, le Pakistan a obtenu 20 prêts, tous à la condition de réduire le déficit budgétaire,  et le dictateur Mobutu du Zaïre a obtenu 9 prêts, et la seule privatisation qu'il a jamais pratiquée a été le détournement pour lui-même des fonds empruntés. Quelques pays ont vraiment reformé et ont accompli des progrès, tels que l'Ouganda et les îles Maurice, mais les régimes les plus corrompus n'ont jamais consenti au « consensus de Washington ». Ainsi pourquoi ont-ils obtenu des fonds à plusieurs reprises ? Le problème est que la Banque Mondiale est un établissement politique avec ses propres intérêts. Les budgets du département par pays, le personnel et les perspectives de carrière dépendent de l'argent qu'ils peuvent distribuer. Le seul graphique qui accomplit des progrès réguliers est celui sur celui du personnel de la banque mondiale, de 657 personnes dans les années 60 à plus de 10 000 aujourd'hui. L'ancien économiste William de la banque mondiale de l'Est a écrit un grand livre sur ce problème,  The Elusive Quest for Growth, que je recommande fortement."
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2005 2 13 /12 /décembre /2005 22:35
Voici un extrait du dernier discours de Bush sur l'Irak, le 11 décembre. Il est rare de pouvoir analyser ses arguments à travers les traductions hachées et la barrière de la langue. Bush explique sa stratégie et décrit ses objectifs avec ce style simple qui lui a valu sur le plan de la communication, pendant les dernières élections, un large assentiment par rapport à Kerry.
"Pendant que les Irakiens luttent pour établir une démocratie, les adversaires continuent leur guerre contre l'Irak libre. L'ennemi en Irak est une combinaison des rebelles, de Saddamistes et de terroristes. Les rebelles sont des Irakiens ordinaires, la plupart du temps ce sont des Arabes sunnites qui ont perdu le statut privilégié qu'ils avaient sous le régime de Saddam Hussein. Ils rejettent l'Irak duquel ils ne sont plus le groupe dominant. Nous croyons que, avec le temps, la majeure partie de ce groupe soutiendra l'Irak démocratique mené par un gouvernement fédéral qui sera assez fort pour protéger les droits de minorité. Il existe des signes encourageants  montrant que beaucoup de Sunnites participeront activement à l'élection de cette semaine. Les Saddamistes sont d'anciens partisans du régime qui hébergent des rêves de retour au pouvoir, et ils essayent de fomenter un sentiment antidémocratique parmi la communauté sunnite. Pourtant ils manquent d'appui populaire et, avec le temps, ils peuvent être marginalisés, défaits par le peuple et les forces de sécurité de l'Irak libre.
Du côté économique, nous aidons les Irakiens à reconstruire leur infrastructure, réformons leur économie et établissons une prospérité qui donnera à tous les Irakiens une fondation pour un Irak libre et paisible. Nous aidons les Irakiens à combattre leurs ennemis, nous travaillons pour bâtir des forces irakiennes de sécurité capables et efficaces afin qu'elles puissent par la suite prendre la responsabilité de la sûreté et de la sécurité de leurs citoyens sans aide étrangère. Nous accomplissons des progrès réguliers. Les forces irakiennes deviennent de plus en plus efficaces. Elles prennent plus de responsabilité.
Aujourd'hui, je veux discuter le volet politique de notre stratégie : nos efforts pour aider les Irakiens à établir une démocratie qui protégera les intérêts de tous les Irakiens.
En aidant les Irakiens à établir une démocratie, nous gagnerons la confiance de ceux qui ont douté qu'il puisse naître un nouvel Irak et affaiblirons les terroristes et les Saddamistes.
En aidant des Irakiens à bâtir une démocratie, nous gagnerons un allié dans la guerre contre le terrorisme. En aidant les Irakiens à bâtir une démocratie, nous inspirerons des réformateurs à travers le Moyen-Orient. Et en aidant les Irakiens à bâtir une démocratie, nous apporterons l'espoir à une région inquiète. Dès le début, l'élément politique de notre stratégie en Irak a été guidé par un principe clair. La démocratie prend différentes formes dans différentes cultures. Pourtant dans toutes les cultures, des sociétés libres accomplies sont établies sur certaines bases communes : règle de loi, liberté de la parole, liberté de réunion, une économie libre et l'amour de la liberté. Le respect pour les croyances des autres est la seule manière d'établir une société où règnent la compassion et la tolérance."
Malgré les erreurs des Américains, on trouvera, découvert par Johan Norberg, un sondage sur la situation en Irak qui montre les espoirs du peuple irakien et une confiance de 61 % envers les réalisations du gouvernement irakien. Le fait qu'on puisse faire un sondage fiable (s'il l'est) est déjà un signe en soit.


Partager cet article
Repost0
13 décembre 2005 2 13 /12 /décembre /2005 00:17
Les entreprises dites publiques font payer leurs services comme n'importe quelle entreprise mais en plus de cela elles ont désormais la facheuse tendance de nous faire payer pendant de longues années les retraites de leurs employés. Le prix réel de leurs services est sans doute à reconsidérer. Voir ce petit article de l'IFRAP.
Partager cet article
Repost0