Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

29 novembre 2020 7 29 /11 /novembre /2020 19:11

Selon les chaînes de télévision indiennes, il aurait affirmé que le but des attaques était de faire un "11-Septembre indien" en "réduisant en cendres les symboles de la puissance économique, le Taj et le Trident, afin qu'ils ne puissent être reconstruits".

 

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2008/11/29/qui-etaient-les-terroristes-de-bombay_1125075_3216.html

 

http://lamouette.blog.lemonde.fr/

http://lamouette.blog.lemonde.fr/2008/11/29/lettre-ouverte-des-parents-des-inculpes-de-tarnac/

http://www.letemps.ch/template/opinions.asp?page=6&article=244850


Partager cet article
Repost0
17 juillet 2020 5 17 /07 /juillet /2020 00:07

http://cerclesliberaux.com/la_lettre_des_liberaux/09_06_2006/article7.htm
http://www.insee.fr/fr/ffc/chifcle_fiche.asp?ref_id=NATSOS04402&tab_id=55
http://www.insee.fr/fr/ppp/comm_presse/comm/cpes383-384-385.pdf

http://www.timesonline.co.uk/article/0,,1072-1555203,00.html

Partager cet article
Repost0
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 13:42
Allègre réintégre le magazine le Point. Il écrit un article en février "Climat de panique" reprenant le titre d'un livre qui s'affichait en 2001 contre le principe du réchauffement climatique.
Partager cet article
Repost0
16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 00:05
Le socialisme libéral est finalement une idée déjà appliquée. Nous l'avons vu à travers le message "Le programme socialiste de 1880 est presque entièrement appliqué." Le capitalisme sous la pression des mouvements sociaux marxisants a adapté au XXème siècle, dans la mesure de ses possibilités, un maximum d'idées inspirées par le socialisme. Dans cette même logique socialiste, Lionel Jospin a mis en place les trente-cinq heures. Ainsi, aujourd'hui, on peut comprendre le manque d'imagination du Parti Socialiste à qui il est difficile d'ouvrir plus à gauche si ce n'est à déclarer "l'insurrection antilibérale". Ouvrir au centre, seule voie possible, lui est difficile avec l'extrême gauche montant la garde.
Partager cet article
Repost0
5 mars 2020 4 05 /03 /mars /2020 00:01
Ne pas se gausser des déclarations emphatiques de droits quelconques. Le droit... Ceux de la révolution française et de l'américaine ont préluder à un tel pas pour l'humanité qu'ils
Les autres ont de fortes chances d'être des enfilages de perle ou pire des contributions négatives..

Le mieux les droits de propriété sont les plus discutés et les plus faibless



http://www.timesonline.co.uk/article/0,,1072-2511042.html
Partager cet article
Repost0
5 novembre 2016 6 05 /11 /novembre /2016 13:02

Pour la première fois en France, on y expose les idées optimistes de Johan Norberg. Le crédule optimiste que je suis s'en réjouit. Merci au journal Lepoint.

 

Johan Norberg à la une du point
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 20:51

En 1977, j'étais à Creys-Malville pour la plus grande manifestation écolo jamais organisée en France. Le soir, dans une atmosphère bon enfant, nous avions écouté plusieurs groupes de musique. Le lendemain, l'atmosphère fut moins estive. Les autonomes, ils me semblent que nous les appelions ainsi, et des groupes d'allemands aguerris sortaient les cocktails molotovs des voitures. Ils mettaient ceux-ci dans des glacières qu'ils portaient à deux avec des manches de bois ou dans des sacs à dos. La marche était longue pour arriver sur le site. J'avais le sentiment de ne plus être dans cette manifestation pacifique dont nous nous étions vantés. Nous étions au sommet de la colline, les flics casqués en bas dans la vallée en une rangée impénétrable. Nous fûmes bientôt rapidement coincés entre les combattants et le gros de la manifestation qui cherchait à atteindre le terrain des affrontements. Lorsque qu'un des flics perdit son bras dans quelque échauffourée, un cri de victoire parcourut la mêlée. Les autonomes, en première ligne, allaient et venaient sur la ligne d'affrontement. En seconde ligne, il y avait des filles qui se retournaient vers nous, la troisième ligne, en nous enjoignant à la bataille et déplorant notre "manque de couilles". Dans cette guéguerre convenue, les policiers décidèrent de charger. Nous nous retrouvâmes obligés de reculer, coincés par la foule qui se trouvait en haut, au sommet de la colline. Heureusement pour moi, dans cette retraite, c'est une jolie petite allemande qui me sortit de la panique en m'aspergeant le visage avec son vaporisateur. Pendant le retour sous la pluie, nous apprîmes la mort de Vital Michalon. Un jeune cheminot anarchiste qui reprenait le boulot dans l'est de la France le lendemain, me vantait ses exploits à la grenade face aux flics. Ce fut ma dernière manif!

Partager cet article
Repost0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 22:10

Goucho vient de remporter une victoire inimaginable il y a quelques années encore : le secret bancaire vient de tomber. Grâce à l'énergie de l'OCDE, des présidents du G8 unis dans cette quête, les banques privées subissent une pression énorme et on s'achemine un transfert automatique des données de Suisse à l'ensemble des pays dont les ressortissants ouvrent des comptes en Suisse.

avis de décés humoristique du secret bancaire suisse

avis de décés humoristique du secret bancaire suisse

Du naïf point de vue de Goucho, keynesien endurci sans le savoir, l'état va enfin pouvoir récupérer cet argent qui échappe à l'impôt et se trouvera bénéficiaire de quelques milliards de plus qui appartenaient à de riches tricheurs (bien moins que les chiffres l'ont annoncé). Cette vision caricaturale est partagée par la majorité, à tel point que personne n'ose la dénier, même parmi les titulaires de compte qui préfèrent faire amende honorable plutôt que d'affirmer leurs droits.

Les budgets de l'État s'en porteront-ils mieux? On peut en douter sur le long-terme. L'Etat a les poches trouées. Plus il a d'argent, plus il en dépense. L'allocation optimum lui est difficile contrairement aux banques privées suisses (qui n'ont en général rien à voir avec les pratiques extrêmes de Kerviel)  et qui elles, sont très attentives à l'argent investi par leurs clients. L'argent que l'Etat pourrait récupérer grâce à cette héroïque action d'éradication du secret bancaire, pourrait de plus se tarir rapidement.

Quel en sera le prix?

D'un point de vue du keynésien malgré lui qu'est Goucho, l'épargne est négative en empéchant l'argent de circuler, le facteur de multiplication d'opérer et la croissance d'être stimulée par la consommation.

D'un point de vue des anti-keynésiens, l'épargne est du travail en jachère, le reflet des investissements à long-terme. Ainsi les banques privées feraient partie de l'éco-système du capitalisme mondial. Elles sont à la dynamique du capitalisme, à la résorption des crises ce que la forêt amazonienne est à l'équilibre de la terre.

Ainsi de ce point de vue, Il n'y aurait donc aucun gain substantiel. Trop d'impôt tuant l'impôt, la transparence rimant avec contrôle, il n'y a rien à attendre sur le long terme de cette évolution anti-démocratique*, qu'est la fin du secret bancaire.

*Post Scriptum : On notera que la naissance du secret bancaire date de 1934. Il est né de la volonté de permettre aux juifs et aux anti-fascistes de protéger leurs biens spoliés par les nazis. Il est ainsi un processus intrinsèquement lié à la lutte pour la liberté contre l'oppression. Et l'Europe avec l'assentiment de son opinion publique préparée à s'en prendre aux méchants financiers vient de détruire cette pratique.

 

L'Epargne des banques privées est source de richesse pour le capitalisme mondial

L'Epargne des banques privées est source de richesse pour le capitalisme mondial

Partager cet article
Repost0
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 15:12
Lorsqu'un économiste de gauche fait du libéralisme avec tact

Lorsqu'un économiste de gauche professe des solutions libérales et pragmatiques, on ne va pas jouer les puristes effarouchés. Bien sûr, il se fait allumer par les économistes d'ATTAC, mais le contraire serait louche. Dans son livre "Changer de modèle" Il préconise la diminution des dépenses publiques, une politique de l'offre et une forme de dévaluation qui consiste à augmenter la TVA. Pas facile de dévaluer autrement avec l'euro, mais cela évite d'en sortir. L'émission m'a paru passionnante. Y sont abordés les thèmes du SMIC facteur de pauvreté (après 30mn), le keynésianisme ou son anti-thèse appelé l'anti-keynésianisme primitif, ("succession d'erreurs"), l'expérience des autres pays...Gilbert Cette a pignon sur rue, il a discuté deux heures à propos de son livre avec le président de la république sans succès. Une émission rare et riche.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 18:13

La démocratie directe en Suisse, dont on pourrait penser qu'elle puisse limiter les prérogatives de l'état, fonctionne parfois à front renversé. De nombreuses initiatives tendent à augmenter la bureaucratie et le contrôle de l'État alors que le gouvernement lui-même ne soutient pas ces initiatives : contingentement de l'immigration, contrôle des plafonds de salaires, salaire minimum... L'initiative des syndicats visant à instaurer un salaire minimum va dans ce sens. Voici quelques  réflexions à ce propos...  

 

Pour un homme de gauche avéré comme Goucho et pour la plupart des commentateurs bien intentionnés, il ne fait aucun doute que le salaire minimum garanti est un acquis social, voire une avancée pour toute civilisation démocratique. Pourtant, cette "évidence" est porteuse d'effets de bord puissants qui modèlent notre société. Aucun politicien en France n’oserait avancer la suppression de ce salaire minimum, tout en s’ingéniant constamment à le contourner.

 

  • ·         Dans le meilleur des cas, le salaire minimum ne sert à rien.

Si le salaire minimum est au prix du marché, il n’a pas d’effet économique. Il ne sert donc à rien. Il peut exister nombre d’autres systèmes comme le RSA en France pour le remplacer. En Suisse, le salaire minimum existe de manière implicite, il est dépendant des régions et de leur environnement économique. Son instauration au niveau national romprait ce déséquilibre.

  • ·         Il constitue un levier potentiel pour les politiciens démagogiques

 Il constitue un levier potentiel pour tous les politiciens qui peuvent pour se faire élire, professer son augmentation. L'attitude compassionnelle envers le salaire minimum est d'une emphase qui frise le ridicule.

  • ·         L'instauration du salaire minimum instaure un changement de paradigme

Le système de pensée de la gauche est inspiré de la lutte des classes en supposant que le patron est un exploiteur potentiel de son personnel. En instaurant, un salaire minimum on valorise ce paradigme. En instaurant un salaire au-dessus du prix du marché, on le met en scène. les travailleurs s’anonymisent. ils deviennent des numéros, des “smicards”. Il y a moins de négociation individuelle de salaires et de négociation tout court. Les rapports de forces deviennent la norme. Les rôles se figent. Les patrons freinent des deux pieds et les syndicats poussent dans le registre des acquis sociaux.

  • ·         Les salaires s’aplatissent ou le chômage augmente

Pour compenser les dépenses sur les bas salaires trop élevés, les entreprises diminuent les salaires de ceux qui pourraient être au-dessus du salaire minimum. Les travailleurs peu qualifiés et les travailleurs un peu plus qualifiés sont logés à la même enseigne. Si les entrepreneurs ne peuvent compenser cette augmentation de salaire, ils n’embauchent pas. 

  • ·         Le SMIC augmente la dépendance des entreprises à l’état et la bureaucratie.

Le gouvernement fixe le jeu des taxes qui s'appliquent aux salaires. En instituant également les salaires planchers, il diminue donc d'autant les marges de manoeuvre des entreprises. Après que Hollande avec sa main gauche ait augmenté le Smic, la main droite de son premier ministre Valls propose des mesures pour contrer les effets pervers du SMIC et les effets de bords deviennent ingérables. À ce jeu, il n’y a que la bureaucratie et les politiciens qui y gagnent.

  • ·         Le SMIC est inégalitaire et discriminatoire

Le SMIC prive d’accès à l’emploi les travailleurs peu qualifies et les "discriminent". Le semblant d’égalité salariale se double de difficultés d’accès au monde du travail pour ceux qui ne sont pas immédiatement rentables. Voir “Pourquoi les émeutes suédoises?

  • ·         La France est un excellent laboratoire des effets pervers du SMIC.

Le SMIC trop proche du salaire moyen en France a tenté d’être contourné plusieurs fois. Par Balladur en 93 et avec le SMIC jeune avec le gouvernement Chirac. Par 2 fois, la droite a plié. Elle a depuis abandonné avec les résultats que l’on sait sur le chômage. On trouvera toujours de doctes et mesurés commentateurs pour nous dire que le SMIC est un facteur d’égalité en France. Les troubles des banlieues, le nombre des travailleurs clandestins sont un des effets pervers potentiels d’un salaire minimum trop élevé qui rend les entreprises moins flexibles et plus dépendantes de l’État. Dans ce cadre, les Français en sont réduits à rêver d'inverser la courbe. Les politiciens eux s’accommodent du chômage depuis 30 ans et dans le pire des cas le provoquent par de multiples lois et impôts contracdictoires qui empêchent de travailler "en rond".

  • ·         Le SMIC est une forme de protectionnisme pervers des travailleurs

Les syndicats suisses professent qu’une entreprise qui ne peut payer 4000 CHF ses travailleurs n’est pas viable. Il faut donc à ces « capitalistes » purs et durs que sont les syndicats suisses des entreprises dégageant une marge subséquente. Les petites entreprises ont dans ce cadre moins le droit d’exister et de tenter de croître.

  • ·          Le SMIC suppose un niveau de productivité minimum

Le salaire minimum est donc une revendication de productivité minimum. Une entreprise de faible productivité n’est pas viable. Il est vrai que dans une entreprise familiale dépendant de la sueur de ses actifs, on trouve peu de syndicalistes engagés. Pour pouvoir survivre sur le long terme, les entreprises vont utiliser des machines et négliger la main de l’homme. Cette revendication d’un haut salaire minimum participe de manière importante à modeler notre société.

 

Le climat de travail est sans doute dans l’ensemble beaucoup plus apaisé qu’en France, car les entrepreneurs ont plus de marge de manœuvres, les rapports de force n'y sont pas toujours la régle et la concurrence vive entre les entreprises pour trouver un bon employé..

Gageons que si le salaire minimum passe en Suisse, ce climat ne s’améliorera pas. Mais les commentaires seront élogieux. On y verra pour ce pays une manière de se « civiliser ». Si les Suisses votent contre (comme nous l’avons fait à Genève l’an dernier), ce signe intéressant et différentiateur de ce pays, pour un capitalisme moins réglementé et donc plus humain, suscitera peu de commentaires.

On lira cet article sur le salaire minimum ; enfer pavé de bonnes intentions. Celui-ci également plus détaillé.

On lira cette lettre ouverte pour éviter la pauvreté, aux autorités politiques aux USA,

Si on n'est pas encore convaincu, on écoutera l'émission de cet article à partir de la 31ème minute.

Partager cet article
Repost0