Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 00:41
Nous sommes familiers des excés de la gauche dans sa critique de la droite. Intelligence, goût pour la démocratie, ouverture au monde dans la défense des sans-papiers, esprit de résistance, lutte contre les monopoles semblent être le digne credo de la gauche dans sa lutte constante et permanente contre l'hydre de droite. Il arrive rarement que cette critique récurrente et pavlovienne engendre quoi que ce soit d'intéressant. Pourtant, c'est arrivé par l'intermédiaire de Patrick Rambaud, émérite prix Goncourt. Dans son merveilleux livre "Chronique du règne de Nicolas Ier", Patrick Rambaud nous taille un portrait magnifique et loufoque des travers de Sarkozy.
" Sa majesté avait l'oeil encapoté mais vif, quoique tiré vers le bas, un nez qui pointait pour occuper tout le milieu du visage, le cheveu sombre et ondulant comme des vaguelettes peignées. Même parvenu, Notre Précieux Souverain ne trouva point la paix en lui-même, tant il restait secoué en continu par des nervosités."
Partager cet article
Repost0
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 00:18
Dans l'Est Républicain du 19.04 Elisabeth Badinter ne crois pas que 11000 professeurs de plus puissent changer quoi que ce soit. "On a eu un tournant dangereux dans les années 80-90 quand on a complètement dévalorisé le bac en prétendant que 80% d'une classe d'âge pouvaient y accéder, quand on a dévalorisé les universités en refusant toute orientation...
Un bon prof, c'est quelqu'un qui arrive à s'emparer de l'attention de sa classe, en passionnant ses élèves, ce qui demande une qualité qu'on ose jamais évoquer: le talent.
Un bon prof, c'est aussi un acteur. Le défi est encore plus grand dans les quartiers défavorisés : il faudrait y envoyer les meilleurs des meilleurs, ce qui signifie leur proposer beaucoup d'argent"

Partager cet article
Repost0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 00:45
Si vous discutez avec un républicain US endurci, il vous dira que les démocrates fomentent les guerres et  que les républicains les arrêtent. (Bush a néanmoins mis à mal ce vieil adage). Si vous discutez avec un sympathisant de droite endurci et féru d'histoire, il vous dira qu'en France, le parti socialiste etait pacifique en 1940, les communistes à la botte de Staline pendant que la droite était du coté de la liberté et que la gauche faisait appel à De Gaulle pour faire cesser la guerre d'Algérie. Néanmoins, nous pouvons être fier d'une partie de notre gauche qui ne s'en laisse pas conter dans sa lutte contre le totalitarisme islamique. Caroline Fourest avec le vénérable Charlie Hebdo est une digne représentante d'un courant de gauche plutôt libéral qui ferraille contre cette gauche totalitaire qui n'hésite pas à sympathiser avec les courants les plus glauques de l'islamisme. On écoutera son dernier entretien avec Yves Calvi sur France-Inter.
Partager cet article
Repost0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 00:17
Selon l'adage, État-providence et immigration libre ne sont pas compatibles. Philippe Legrain pense le contraire. Cette idée nouvelle pourrait rendre vaine toute justification à la fermeture des frontières. Legrain avance les raisons suivantes :
"Il est ironique que les opposants à l'immigration, qui ont tendance à  priser leur "maison", "racines" et "nation", ne reconnaissent pas que d'autres pourraient aussi être attachés à leur pays natal,  Mais, tout comme les Suédois ne se précipitent pas en Irlande pour réduire leurs impôts, et les Roumains ne passent pas tous en Suède afin de revendiquer le bien-être, l'ouverture des frontières vers le reste du monde est hautement improbable de conduire à une invasion des immigrants. La notion que la liberté implique la migration et fournit la charité au monde entier est le symptôme d'une peur irrationnelle.

La liberté de migration ne ferait pas nécessairement augmenter le taux de chômage, elle modifierait sa composition.

La plupart des économistes conviennent que le libre-échange est généralement bénéfique, de même cela est certainement vrai de la liberté de migration, qui est, en effet, une forme de commerce international.

Les principaux avantages économiques de l'augmentation de la mobilité internationale du travail pour un pays comme la Suède peuvent brièvement être classés comme suit:
1. Stimuler l'innovation et de l'entreprise - en raison des immigrants et de la diversité - et donc soutenir à long terme la croissance de la productivité;
2. L'accroissement de la concurrence et le dynamisme - le travail d'arrache-pied des étrangers accroît les gains de productivité des travailleurs natifs;
3. Faciliter la flexibilité et l'adaptabilité - tout comme cela est bénéfique pour les gens à passer de Göteborg à Stockholm si leur travail est demandé, il en va de même de Varsovie ou de Manille: la pénurie d'emplois peut rapidement être comblée par les travailleurs étrangers, qui ont tendance à être plus disposés, une fois arrivé, d'aller là où sont les emplois, et à changer d'emploi quand les conditions changent;
4. Les gains d'efficacité de la spécialisation et une division plus fine du travail avec des travailleurs étrangers peu qualifiés permettent aux Suédois de se spécialiser dans des emplois hautement qualifiés, et de mettre l'accent sur les spécialités qu'ils préfèrent ou dans lesquelles ils excellent;
5. Réaliser des économies d'échelle avec une population plus large et / ou le regroupement de certains types de travailleurs et de l'industrie, comme dans la Silicon Valley ou la ville de Londres;
6. Arriver à des gains de main-d'œuvre à partir des complémentarités avec les immigrants;
7. Augmenter les gains de capital à partir des complémentarités avec les travailleurs immigrants;
8. Accrôitre le gain pour les consommateurs: prix plus bas et choix plus vaste.

Les électeurs doivent être convaincus que la migration est une opportunité, pas une menace. C'est une question de droits de l'homme, d'humanité ainsi que d'intérêt. En fin de compte, le choix est entre un monde ouvert, dynamique et progressif, et un autre, stagnant et réactionnaire."
Partager cet article
Repost0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 00:07
Les riches consomment plus de services, les pauvres plus de produits. Grâce aux importations chinoises notamment, l'inflation est plus faible sur les produits de base que sur les services. En tenant compte de ces différentiels d'inflation, les auteurs corrigent les statistiques officielles sur les inégalités et constatent que les inégalités n'ont pas vraiment progressé depuis 94.
Référence Norberg.
 
Partager cet article
Repost0
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 00:22
Les pays nordiques sont irrépressiblement attachés à la mondialisation et au libre-échange. C'est le credo d'une étude citée par Johan Norberg.
"The Nordic countries are wedded to free trade and have, with some sectoral exceptions, been in favour of free trade already for a very long time."
Ainsi faisant, ils participent à plein régime au jeu du commerce mondial. La manne qu'ils dégagent de leur économie leur permet le luxe d'un État-providence. L'axe vertical montre le taux de régulation du travail par rapport à celui des marchés. Les pays nordiques sont dans le coin gauche en bas pendant que la France et l'Italie sont en haut à droite.
Il faut reconnaître également que la gestion budgétaire de leur État-providence est ciblée. D'après Esping-Andersen, (c'est Gauche Totalitaire qui l'ajoute)  en mettant l'accent sur les créches de la petite enfance, en aidant les femmes au travail, ils réussissent à maintenir un taux de fécondité au-dessus des autres pays européens et offrent aux plus pauvres des possibilités inédites de briser le mur des inégalités par rapport à d'autres pays. Voir ici aussi.
Partager cet article
Repost0
8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 00:46
Guy Sorman donne son avis sur Sarkozy. Finalement, il n'y pas grand chose de nouveau avec ce dernier. Juste une pointe d'atlantisme...
"Chirac, au fond, était plus prévisible : il promit peu, nous ne fûmes pas déçus. Sarkozy a promis la lune , la lune n'est pas au rendez-vous."

TheEconomist ici et est à peine plus gentil avec lui "Success is not impossible. But another bad year and he risks being written off as little better than Mr Chirac." ou "People would laugh at him, saying Sarkozy is like Chirac with new batteries.”
L'immobilisme aurait pu être une manière de gouverner si les principaux verrous de la société française étaient débloqués. En ce sens Sarkozy, leurrant les journalistes avec son côté people aurait pu en profiter. Il reste en France nombreux avec notamment tout ce qui touche au travail et à l'accroissement de la dette.
L'immobilisme est ainsi une manière de libéralisme dans le sens où il n'aggrave pas la situation et renvoie une image de responsabilité aux administrés. L'immobilisme est une manière de faire confiance aux forces spontanées alors que les administrés avec la régularité de citoyens métronomes réclament du changement. Comme si celui-ci ne pouvait venir que de l'Etat. En son temps, Reagan avait réhabilité le président Coolidge,
humble conservateur, populaire en son temps. Celui-ci, en adepte du Laissez-faire était devenu la risée des historiens. Il avait accompagné, en père tranquille, sans emphase, pendant les années vingt, une des périodes les plus prospères de l'économie américaine.
Partager cet article
Repost0
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 00:53
S'il y a une région du monde où la politique de Bush n'a pas failli, c'est l'Afrique. Theeconomist analyse la situation...
"Benin, Ghana and Tanzania seem stable and are democratic. Liberia is at peace. Rwanda's government is autocratic but a lot better than the genocidal regime that preceded it, and has made progress in fighting AIDS."  Les lignes suivantes nous laissent penser que par rapport aux années de la guerre froide, l'Afrique progresse. Voilà de quoi nous donner du baume au coeur!
"Before the cold war ended, only three small African countries were proper democracies: Botswana, Mauritius and Senegal. Now a good score of them probably qualify. In the 1980s, most African countries had bad economic policies. Now inflation is low nearly everywhere bar Zimbabwe (where it is 150,000%) and nearly every African country not at war is growing quite fast. Over the past four years, sub-Saharan Africa's growth rate has been around 6% a year." Nulle part au monde, la réputation des USA n'est meilleure qu'en Afrique Sub-saharienne : la région la plus pauvre du monde! "America's reputation in sub-Saharan Africa has held up much better than elsewhere in the world."
Partager cet article
Repost0
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 00:11
La crise des matières  premières ne provient pas de mauvaises récoltes, elle est issue de trois raisons.
"The prices mainly reflect changes in demand—not problems of supply, such as harvest failure. The changes include the gentle upward pressure from people in China and India eating more grain and meat as they grow rich and the sudden, voracious appetites of western biofuels programmes, which convert cereals into fuel."
- Moins de pauvreté
Chinois et Indiens sont plus riches et à même de consommer plus de viandes. Plus de graines sont donc nécessaires (8kg par kg de viande)
- Les Biocarburants
Ceux-ci absorbent la plupart des ressources.
- Le contrôle des prix
Des pays comme la Russie, l'Inde et le Viet-Nam tentent de contrôler l'augmentaton des prix et de multiplier les barrières de protection.

Références : theEconomist, Johan Norberg
Partager cet article
Repost0
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 09:05
Ecouté dans les matins de France-Culture d'intéressants arguments de Pierre Cahuc à propos du SMIC en France. "En France, la situation est très particulière, le SMIC est élevé. Il est le même pour tout le monde. Il n'y a pas de mesure spécifique pour les jeunes qui ont une productivité plus faible. Avec la fiscalité, les mesures pourraient être plus ciblées. Nous avons beaucoup de retard en France dans notre manière de redistribuer."
Gauche Totalitaire a ferraillé en ses débuts sur ce problème et l'écart entre SMIC et salaire médian pour ne pas se réjouir d'entendre ce débat.
Ecouter à partir de 1h20 jusqu'à la fin. Quelques articles parus dans Gauche Totalitaire. ou ici et
Partager cet article
Repost0