Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

22 mars 2006 3 22 /03 /mars /2006 00:00
Les auteurs de cette enquête, Sylvain Brouard et Vincent Tibéri ont travaillé sur les Français d'origine étrangère issus de Turquie, du Maghreb et d'Afrique (hors Maghreb). Le résultat est condensé dans un livre publié sous le titre: "Français comme les autres?"  Ces "nouveaux français" seraient plus religieux surtout chez les musulmans qui semblent représenter 60% des personnes interrogées. La fréquentation des offices n'est pas plus forte.  L'Islam serait le véhicule de l'identification et de l'intégration pour les jeunes. Il existe un fort attachement à la gauche représentant 75% de sympathisants. Chose surprenante, malgré cet attachement à la gauche, Jacques Chirac est la personnalité préférée des français issus de l'immigration. Les Etats-Unis sont perçus de manière plus négative qu'Israël. Les 3 points négatifs pour un peu plus du tiers des personnes sont les suivants: une sur-représentation de l'anti-sémitisme, le conservatisme à l'égard des femmes où les relations sexuelles ne sont pas acceptées avant le mariage,  une plus grande intolérance sexuelle envers les homosexuels. Ces préjugés culminent dans le cas des personnes se rendant régulièrement à la mosquée. En dehors de ces points noirs, les personnes interrogées sont plus diplômées en général. et ne manifeste pas un comportement différent que les français en général. L'ensemble des personnes ne déclare aucune difficulté à pratiquer leur religion et aucune volonté anti-laïque.
Partager cet article
Repost0
20 mars 2006 1 20 /03 /mars /2006 00:00
Le traitement de l'information en France ressemble au traitement des résultats sportifs. On ne s'intéresse qu'au comportement des Français, à un seul aspect des choses et on évite d'avoir une analyse globale. On oublie très vite de parler des autres participants à la compétition qui ne sont pas français. "Magnifique exploit des 35 heures qui se classe troisième avec 100000 emplois créés en quelques mois, loin derrière les représentants du libéralisme mais quel exploit puisque c'est la première fois que la gauche obtient une médaille! Interview à chaud du capitaine de l'équipe, Martine Aubry."  Cette belle langue française à laquelle nous sommes attachés agit parfois comme un bunker qui nous empêche de voir le monde dans sa globalité. Les préjugés ont la vie dure. Ainsi la désinformation comme la rumeur se fonde sur des a priori pour prospérer. Elle agît comme une grande marée et met des années à se retirer tout en laissant de profondes excavations. Les sujets ci-dessous ont subi d'importantes déformations en France, ils constituent une liste non exhaustive. La plupart des fausses idées qui en émanent continuent d'avoir leur influence.
  • Le Chili d'Allende depuis 1973
  • La politique de Reagan et de Thatcher depuis 1980
  • Le libéralisme depuis une vingtaine d'années
  • La vache folle:  à cause du libéralisme des anglais
  • La Guerre d’Irak (la couverture télévisuelle en 2003)
  • Le duel Kerry-Bush (en 2004, on a même cru que Kerry l'emporterait)
  • Katrina :  pas seulement en France
  • Le Venezuela avec Daniel Mermet (depuis les années 2000)
  • Le Pentagone de Thierry Messan (heureusement  vite démenti mais les dégâts sont prégnants dans le monde arabe)
  • ...
Nous sommes mal informés en France. Il convient de rester constamment vigilant, curieux jusqu'à l'obsession et aller chercher l'information au-delà de l'apparence. Les Blogs sont une source nouvelle d'informations qui nécessite des recoupements. Le livre reste une source privilégiée. Une librairie en ligne comme Amazon permet de se procurer nombre de publications traduites en langue française ou brutes de fonderie, en langue anglaise ou autres.
Partager cet article
Repost0
13 mars 2006 1 13 /03 /mars /2006 20:30
Le 5 mars 2005, j'écoutais Hubert Sauper sur France-Culture dénonçant  indirectement la mondialisation à travers son documentaire "Le cauchemar de Darwin". On se souvient de l'argument du film: "Dans les années 60, la Perche du Nil, un prédateur vorace, fut introduite dans le lac Victoria à titre d'expérience scientifique. Depuis, pratiquement toutes les populations de poissons indigènes ont été décimées. De cette catastrophe écologique est née une industrie fructueuse, puisque la chair blanche de l'énorme poisson est exportée avec succès dans le monde entier…" Hors,  annonce avec honnêteté Philippe Val, ce film semble pure propagande selon la revue "Les temps modernes". L'histoire semble montée de toutes pièces. Les perches n'ont pas dévoré les autres espèces. Les méchants européens n'exploitent pas les richesses du lac Victoria en affamant la population puisqu'une bonne partie de la population a pu améliorer son niveau de vie. Ainsi, ce film aurait pu être un vibrant plaidoyer pour le libre-échange entre les peuples. On écoutera l'excellent argumentaire de Philippe Val dans Charivari. Le téléchargement de l'extrait permanent fait 2MB.
Partager cet article
Repost0
12 mars 2006 7 12 /03 /mars /2006 00:00
Je reviens d'un voyage de quelques jours au Caire. Mon entreprise a conclu un marché avec le gouvernement égyptien qui consiste dans l'achat de nos produits, revendus ensuite à bas prix aux entreprises les plus performantes du pays. L'Egypte a l'ambition de s'imposer sur le marché du Moyen-Orient. J'ai en face de moi 20 étudiants très motivés et curieux, déjà au fait de la plupart des points forts de notre technologie. Les femmes, portant le foulard, représentent presque la moitié des étudiantes et occupent toutes des responsabilités au sein de leur entreprise. Elles sont jeunes, souriantes et alertes. Regroupées sur un côté de la salle, elles font preuve de curiosité et posent questions sur questions. Ces quelques jours de formation seront très agréables et épuisants.
Mon hôte, Mohamed se déclare partisan des frères musulmans.  "It's not a big deal". Il me présente son pays comme le plus ouvert du Moyen-Orient dont rien ne pourra faire changer le style de vie. Il explique son soutien aux Frères musulmans par le manque de liberté politique. "Imagine, un cordon de policiers se tenait devant les bureaux de vote pour dissuader les gens de voter! Notre pays est pacifique et ouvert. On peut s'y promener en toute sécurité à toute heure du jour et de la nuit." En contrepoint, je croise 3 jeunes américains résidents en Egypte, heureux de leur expérience, et qui ne souffrent depuis 8 mois d'aucune agressivité. Le centre de formation abrite un restaurant danois, peu fréquenté actuellement. Quant à l'influence du terrorisme, "les médias occidentaux en font trop et exagèrent son influence". Cette dernière affirmation fait l'unanimité. Comme celle-ci: "Le peuple américain est bon mais pas son gouvernement."
Je suis plutôt fier d'être ici. J'ai le sentiment que la technologie et les échanges commerciaux rapprochent les hommes et que le transfert de connaissances que nous opérons est aussi une manière d'aider l'Egypte à progresser économiquement. Dans l'avion qui me ramène en Europe, je croise une jeune française. "J'ai vécu deux ans en Egypte. Quand je suis partie de France, j'étais lassée de celle-ci. J'ai maintenant envie de rentrer, j'ai la nostalgie de la France. L'Egypte a changé au cours de ses deux dernières années. La pression religieuse sur les femmes est plus forte depuis deux ans. Je comprends l'Arabe, on me prenait souvent pour une Égyptienne. et le discours des mosquées se durcit envers les étrangers."
Partager cet article
Repost0
7 mars 2006 2 07 /03 /mars /2006 00:00
Voici un article montrant les progrès de la démocratie capitaliste et libérale dans le monde face au totalitarisme. A la moindre fenêtre qui s'ouvre, le Moyen-Orient vote pour les Islamistes préférant l'incertitude des fanatiques à la chape de plomb instituée. Pourtant, hormis les résultats des élections qui laisse augurer des lendemains difficiles, on peut y voir quelques progrès notables:
    Palestine : Parlement démocratiquement élu.
    Egypte : Election municipale reporté après une forte augmentation de l'opposition
    Irak : Elections démocratiques
    Kowéit : Le Parlement pour la première fois renvoie l'émir en place et en confirme un autre.
    Emirats Arabes Unis : La moitié des membres (du pseudo) parlement sera élue pour la première fois.
    Yémen : Nouveau gouvernement de technocrates avant les élections présidentielles.
    Bahrein : L'opposition participera à de prochaines élections parlementaires.
    Syrie : Prisonniers politiques libérés et création d'un parti libéral.
    Jordanie : Des règles plus strictes sur la formation des partis, expansion possible des libertés des médias et de la participation politique.
On lira également le bilan annuel que tire Liberté-Chérie de l'"HeritageFoundation" concernant l'indexation des libertés économiques dans le monde...
Pour ceux qui veulent continuer à croire aux ténèbres éternelles, il reste toujours la lecture du monde diplomatique servi sans esprit critique.
démocratie contre totalitarisme
Partager cet article
Repost0
5 mars 2006 7 05 /03 /mars /2006 00:00
Les conséquences de la dette sont actuellement dédramatisées. Selon Jean-Paul Fitoussi dans le Monde. " Il faut comprendre que la plus grande partie des dépenses de l'Etat représente des dépenses de protection sociale: le chômage de masse."  Cet article résume avec clarté  l'argumentation des partisans du "Il n'y a pas péril en la demeure" à propos de la dette. Contrairement à ce dont nous avons souvent avancé dans ce blog, JP Fitoussi soutient: " Il n'y a aucun danger que la France se trouve dans une situation analogue à celle de l'Argentine. Il n'y a donc aucune possibilité d'évolution catastrophique en France qui conduirait à la faillite des épargnants." Exemple également cet extrait du No 453 de Marianne: "Un raisonnement doublement spécieux. D'abord parce qu'il ne prend en compte ni le patrimoine public (éducation, ponts, routes, forêts...) pour tous, ni surtout le patrimoine privé pour certains. Ensuite parce que cette somme est une moyenne signifiant qu'une bonne moitié des Français ne naît pas endettée, mais riche d'un prêt à son pays." A l'inverse,  Xavier Méra de l'Institut Molinari, ajoutant sa pierre au débat, nous offre une analyse pédagogique des dangers de la dette publique. Il nous explique pourquoi la meilleure solution consiste à diminuer la dépense publique. "Plus la taxation et les dépenses correspondantes sont élevées, plus la production est désavantagée et le pouvoir d’achat amputé... L’endettement public étant la promesse d’une taxation accrue à venir, c’est le pouvoir d’achat des générations futures qu’on décide aujourd’hui de grever. Ce n’est pas la diminution des dépenses publiques mais au contraire leur hausse qui « détruit le lien social », « marginalise les plus pauvres », et « multiplie les ghettos », car la redistribution obligatoire impliquée est destructrice des efforts productifs de tous, créant un cercle vicieux de l’appauvrissement généralisé. La solution de la hausse des impôts reviendrait à soigner le mal par le mal puisqu’elle consisterait à faire tout de suite ce qu’il faut éviter à l’avenir."  Il y a donc une ligne de fracture nette aujourd'hui entre les libéraux et les autres sur l'appréciation des dangers de la dette.
Partager cet article
Repost0
1 mars 2006 3 01 /03 /mars /2006 00:00
Vous trouverez ci-joint la traduction du débat du premier tour de la présidentielle au Chili en 2005...
Cette publication fait suite à l'intérêt suscité par les articles
Chili: le programme de Michelle Bachelet (cet article rassemble un nombre de lecteurs importants sur Catallaxia : ~580 à ce jour) , Le programme de Sebastián Piñera face à Michelle Bachelet: un programme d'essence libérale. concernant l'élection présidentielle au Chili,  La traduction est agrémentée de liens divers afin de découvrir plus en profondeur la situation chilienne à travers l'argumentation des candidats. Bon voyage au Chili!

Références utiles pour suivre le débat :
Statistiques sur les meurtres au chili, sur le taux d'incarcération dans les prisons, sur la politique sociale au Chili et la vision globale des altermondialistes, sur le nombre de prisons, sur le nombre de policiers, sur la par  des 10% les plus pauvres –sur la  part des 10% les plus riches , sur les pensions de retraite, sur le taux de chômage, la population vivant au dessous du seuil de pauvreté, le partage de la richesse pour les plus pauvres,  le PIB du Chili, la dette,
la santé, l'éducation, le problème du gaz avec l'Argentine et la Bolivie, Le Mercosur et le Chili, La concentration des richesses, sur la pasionaria du PC chilien, sur Telesur. On omettra pas de se replonger dans l'index sur la liberté économique qui situe le Chili à la 14ième place. Cette place s'améliore d'année en année pendant que la pauvreté diminue : "La population qui vit dans la pauvreté est passée de 39% en 1990 à 20.6% en 2003."

Partager cet article
Repost0
28 février 2006 2 28 /02 /février /2006 00:04
Partager cet article
Repost0
27 février 2006 1 27 /02 /février /2006 00:00
Dans un article paru dans le mensuel libéral Bilan au mois d'octobre dernier, Paolo Pamini de l'Institut Constant  Think tank libéral, analyse le choix du gouvernement de Chirac de taxer les billets d'avion. Outre l'absurdité de cette loi qui impose une taxation dans un secteur qui a peu à voir avec le problème incriminé, l'auteur soulève la question du soutien apporté aux pays développés. 500 Milliards de dollars ont été déversés sur l'Afrique, soit l'équivalent de 4 plans Marshall. Les résultats sont peu probants puisqu'ils ont vu la pauvreté augmentée et le PIB diminué. On peut supposer des effets de bord négatifs à cette aide dispensée sans contrôle. "L'aide dissuade tout au plus les efforts de production autonomes. Les gouvernants tendent d'abord à maximiser leurs propres rentes de politiciens, alors que nombre d'états africains demeurent des tyrannies. Ces aides violent les droits de propriété des résidents en les soumettant aux programmes monopolistiques de l'Etat.  Les subventions détruisent les mécanismes de l'ordre spontané du marché et incitent à une corruption systématique. Celui qui gère les fonds de l'aide obtient de nombreux privilèges personnels et peut s'acheter de nombreux amis et électeurs. Les preuves abondent que l'aide occidentale soutient des politiques contreproductives et alimente des bureaucraties corrompues et subventionnées. La Banque Mondiale estime que les Africains détiennent 40% de leur richesse, peut-être 700 à 800 milliards de dollars à l'étranger... Seuls le Botswana, l'Île Maurice, la Namibie et l'Afrique du Sud peuvent être considérés comme des succés relatifs.."
Partager cet article
Repost0
21 février 2006 2 21 /02 /février /2006 00:04
Une émission de Cause Commune intéressante sur la Suède, le 9 février dernier. La social-démocratie suédoise a toujours eu le pouvoir depuis des dizaines d'années. Déboucherons-nous dans huit mois sur une alternance? Maciej Zaremba, né en Pologne, pourfend l'état-providence version suédoise. "La Suède se retrouve souvent à la barre des droits de l'homme concernant le traitement des réfugiés." On se souvient du problème de l'eugénisme, débordement d'un état tout puissant. Le parti social-démocrate s'accommode parfois d'un peu de libéralisme. 350 000 postes de fonctionnaires ont été supprimés ces dernières années. Il confine parfois à l'absurde en proposant, à la suite d'un audit, de fermer les meilleures écoles (privées) plutôt que d'aider les plus faibles. On y entend également Johnny Munkhammar, leader de Timbro, le "think-tank" libéral auquel appartenait Johan Norberg. Celui-ci prône la diminution de la pression fiscale sur les foyers, taux le plus élevé du monde et rejette tout protectionisme. "La protection du travail met en danger la création future d'emplois. Il y a 150 ans la majorité de la population travaillait dans l'agriculture, aujourd'hui seulement 2%. Si nous avions cherché à conserver ces emplois, ou en serions-nous aujourd'hui? Il ne faut jamais protéger les emplois. La situation idéale c'est lorsqu'on perd un emploi, on peut en trouver 2 ou 3 nouveaux au coin de la rue, comme en Irlande aujourd'hui."
Partager cet article
Repost0